Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche que "le dangereux accord" sur le nucléaire iranien censé être conclu mardi confirmait "toutes" ses "inquiétudes, voire même au delà". "Le dangereux accord qui est négocié à Lausanne confirme à nouveau toutes nos inquiétudes, voire même au delà", a affirmé M. Netanyahu, dont les propos tenus au conseil des ministres ont été diffusés par la radio publique.

Le Premier ministre a dénoncé "l'axe Iran-Lausanne-Yémen qui est très dangereux pour toute l'humanité et qui doit être stoppé". Il faisait allusion aux rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran qui ont pris le contrôle d'une partie du Yémen y compris la capitale Sanaa.

"Sur l'axe Beyrouth-Damas-Bagdad, l'Iran agit pour conquérir tout le Moyen-Orient", a ajouté le Premier ministre.

M. Netanyahu a également affirmé disposer d'un "soutien bipartite ferme et solide" des partis républicain et démocrate au Congrès américain. Auparavant, l'un de ses proches, le ministre de l'intérieur Gilad Erdan, avait affirmé que le "Congrès américain pourrait constituer le dernier obstacle à la levée des sanctions contre l'Iran" après la conclusion d'un accord.

De profondes divergences opposent le président américain Barack Obama et Benjamin Netanyahu, qui a prononcé le 3 mars devant le Congrès un discours contre le projet d'accord sur le nucléaire iranien à l'invitation d'élus républicains.

Fabius et Steinmeier prolongent leur séjour en Suisse

Les chefs de la diplomatie française et allemande, Laurent Fabius et Frank Walter Steinmeier, ont annulé un déplacement commun prévu lundi au Kazakhstan pour rester à Lausanne où les négociations sur le nucléaire iranien sont entrées dans la dernière ligne droite, a-t-on appris dimanche de source diplomatique.

Dimanche matin, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, avait annulé un voyage prévu lundi à Boston pour rester en Suisse.