Le président des Etats-Unis Barack Obama a estimé samedi qu'Israël avait le droit de vouloir se protéger contre un transfert d'armes syriennes au Hezbollah libanais, en refusant toutefois de confirmer un raid israélien visant des armements syriens.

"Je ne vais pas faire de commentaire sur ce qui s'est passé en Syrie hier", a expliqué M. Obama au micro de la télévision américaine en espagnol Telemundo, lors d'un entretien effectué au cours d'une tournée en Amérique latine qu'il a conclue samedi par le Costa Rica.

"Je laisserai le gouvernement israélien confirmer ou démentir d'éventuels bombardements qu'ils auraient effectués", a-t-il indiqué, alors que des médias américains ont assuré que l'aviation militaire israélienne aurait mené un raid jeudi ou vendredi en Syrie, visant sans doute des armements destinés au Hezbollah.

Mais "je continue à croire que les Israéliens, de manière justifiée, doivent se protéger contre le transfert d'armes sophistiquées à des organisations terroristes comme le Hezbollah", a ajouté M. Obama.

"Nous nous coordonnons étroitement avec Israël, en reconnaissant qu'ils sont très près de la Syrie, très près du Liban", a conclu le président.

Israël a de son côté gardé le silence à ce sujet samedi, tout en répétant qu'il surveillait le transfert d'armes au Hezbollah libanais.