Le président américain Barack Obama annoncera vendredi une réforme des tribunaux militaires chargés de juger les terroristes présumés, mis en place sous l'ère Bush, a annoncé jeudi soir un responsable.

Selon ce responsable qui a requis l'anonymat, M. Obama a décidé de rétablir les commissions militaires créées par son prédécesseur tout en améliorant les garanties légales des prévenus. Peu après son investiture en janvier, le président Obama avait gelé jusque fin mai les tribunaux militaires d'exception à Guantanamo. Le nouveau président avait également signé un décret ordonnant la fermeture de la prison de Guantanamo d'ici le 22 janvier 2010.

Le nouveau cadre légal prévoit des restrictions sur l'usage des dépositions sur la foi d'autrui contre les prisonniers. Il doit aussi modérer les preuves que la CIA a obtenues par des techniques d'interrogatoire controversées, telle la simulation de la noyade.

La réforme concernera, en autres, cinq détenus soupçonnés d'avoir joué un rôle clé dans les attentats du 11 septembre 2001, dont Khalid Sheikh Mohammed, cerveau auto-revendiqué de ces attaques. Jeudi, le Wall Street Journal annonçait que l'administration américaine envisageait de transférer sur le sol des Etats-Unis des détenus de la base de Guantanamo.

Devenu le symbole controversé de la "guerre contre le terrorisme" de l'ex-président George W. Bush, Guantanamo est située sur une base navale que les Etats-Unis louent à Cuba depuis le début du XXe siècle.

En sept ans, près de 800 hommes et adolescents ont été détenus à Guantanamo, dont seulement une vingtaine ont été inculpés de crimes de guerre et trois jugés par les tribunaux d'exception. Il y reste 241 détenus, dont 60 déclarés libérables.