Tonga: les habitants déterminés à reconstruire leur pays dévasté par l'éruption

Les habitants des îles Tonga se montraient samedi déterminés à reconstruire leur pays dévasté la semaine dernière par une puissante éruption et un tsunami.

Tonga: les habitants déterminés à reconstruire leur pays dévasté par l'éruption
©AFP
AFP

Ce double événement a affecté plus de 80% des quelque 100.000 habitants de cet archipel, selon les Nations unies.

La journaliste tongienne Marian Kupu a affirmé que la majorité de la population entend rester sur l'archipel et s'attelle déjà à réparer les immenses dégâts.

"Nous voulons rester ici, dans notre pays, car c'est ce qui constitue notre identité de Tongiens. Nous voulons reconstruire notre pays, nous unir et aller de l'avant", a déclaré à l'AFP Marian Kupu.

Tonga: les habitants déterminés à reconstruire leur pays dévasté par l'éruption
©AFP

Les réserves d'eau de dizaines de milliers de personnes pourraient être contaminées par les cendres du volcan ou l'eau salée du tsunami qui a suivi, les cultures ont été détruites et au moins deux villages ont été totalement anéantis.

L'aide humanitaire a commencé à arriver jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait.

Selon des estimations, lors de l'éruption, environ un km3 de matière a été propulsé, et les experts estiment que le Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai restera actif "pendant des semaines, voire des mois".

"Les habitants des Tonga vont avoir besoin d'un important soutien pour faire face à un désastre d'une telle ampleur", a souligné Sione Hufanga, chargé de la coordination de l'aide des Nations unies aux Tonga. "Ils demeurent accablés par l'ampleur des dégâts".

Cet archipel est le troisième pays au monde le plus vulnérable aux catastrophes naturelles, selon le rapport sur les risques mondiaux. Mais en dépit de ces menaces, la journaliste affirme que la plupart des Tongiens souhaitent rester vivre dans leur pays.

"C'est ce sentiment de fierté qui se manifeste ici, nous ne voulons pas quitter le pays où nous sommes nés et où nous avons grandi", explique-t-elle.

Un survivant de l'île d'Atata, qui a été anéantie par le tsunami, lui a dit qu'il entendait retourner sur son île, a-t-elle ajouté. "Il a expliqué qu'il souhaitait y retourner car ses parents y sont enterrés, il y est né et c'est là-bas que sa vie se trouve". "Il souhaite que le gouvernement ou quiconque aide à reconstruire sa petite île pour qu'il puisse y retourner", a-t-elle encore dit.

Sur le même sujet