Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese prêtera serment lundi

DPA/Belga
Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese prêtera serment lundi
©BELGA

Anthony Albanese, sorti vainqueur des urnes samedi, prêtera serment lundi en tant que nouveau Premier ministre de l'Australie, rapportent dimanche l'agence de presse allemande DPA et la chaîne publique britannique BBC. Avec 72 députés sur 151, le Parti travailliste n'est pas assuré de disposer de la majorité de 76 sièges à la Chambre des représentants pour avoir les mains entièrement libres. Ce décompte pourrait encore prendre plusieurs jours. Trois millions de bulletins par correspondance devaient encore être dépouillés dimanche matin.

Le parti conservateur du Premier ministre sortant Scott Morrison pouvait, lui, compter sur 50 sièges alors qu'environ 70% des votes étaient déjà comptabilisés, selon le média australien ABC News.

M. Morrison a accusé un lourd revers électoral après neuf ans de règne des conservateurs Down Under. Fervent supporter de l'industrie du charbon, il a annoncé qu'il quitterait la présidence du Parti libéral après cette défaite. Samedi soir, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, le Premier ministre sortant a rapidement concédé sa défaite, reconnaissant qu'il s'agissait d'une nuit "difficile" pour son gouvernement conservateur.

De son côté, Anthony Albanese, 59 ans, a précisé à la presse qu'il prendrait ses fonctions lundi en même temps que quatre autres ministres, afin de couvrir "provisoirement" l'ensemble des portefeuilles. La répartition définitive sera entérinée la semaine suivante.

Issu des classes populaires, le nouvel élu a promis d'adopter des objectifs climatiques ambitieux dans une Australie durement marquée ces trois dernières années par de gigantesques incendies et des inondations meurtrières. Jusqu'à présent, il a cependant rejeté les appels à une sortie programmée du charbon ou à stopper l'ouverture de nouveaux sites.

Anthony Albanese se rendra dès mardi au sommet du Quad (qui réunit les États-Unis, l'Inde, le Japon et l'Australie) prévu à Tokyo pour "envoyer un message au monde: il y aura des changements de politiques, particulièrement en matière de climat", a-t-il soulevé.

"Je rentrerai au pays mercredi et nous nous y mettrons sérieusement", a conclu M; Albanese.