Le travailliste Anthony Albanese investi Premier ministre d'Australie

Le travailliste Anthony Albanese a prêté serment lundi pour être le nouveau Premier ministre de l'Australie, quelques heures avant d'embarquer pour le Japon où il participera à un sommet international.

AFP

L'ex-chef de l'opposition de centre-gauche, qui affirme que Canberra est prêt à s'engager dans la lutte contre le changement climatique, participera à un sommet du Quad (Etats-Unis, Inde, Japon, Australie) mardi à Tokyo.

Le nouveau Premier ministre, âgé de 59 ans, a prêté serment lors d'une brève cérémonie. C'est le premier Premier ministre travailliste depuis près de dix ans.

Parmi les autres membres de son équipe qui ont pris leurs fonctions figurent la ministre des Affaires étrangères Penny Wong. Née en Malaisie mais ayant grandi en Australie, elle est la première à occuper ce poste en étant née à l'étranger). Elle rejoindra M. Albanese au sommet du Quad. Le ministre du Budget Jim Chalmers et celle des Finances Katy Gallagher sont également de nouveaux venus.

Anthony Albanese veut profiter de son premier déplacement officiel à l'étranger pour "faire savoir au monde qu'il y a un changement de gouvernement".

"Il y aura quelques changements dans la politique, en particulier en ce qui concerne le changement climatique et notre engagement envers le monde sur ces questions", avait-il ajouté dimanche dans son discours de victoire.

M. Albanese a aussi promis de transformer l'Australie en "superpuissance" des énergies renouvelables.

Mais il est jusqu'à présent resté sourd aux appels pour en finir avec le charbon, qui reste un des moteurs de l'économie du pays et compte de nombreux partisans chez les travaillistes.

Après sa victoire électorale, M. Albanese a déclaré samedi qu'il souhaitait réunifier l'Australie. "Je pense que les gens veulent se rassembler, chercher leur intérêt commun, chercher ce sens de l'objectif commun. Je pense que les gens sont fatigués de la division. Ce qu'ils veulent, c'est se rassembler en tant que nation et j'ai l'intention de diriger cela."

Au cours du mandat de son prédécesseur Scott Morrison, l'Australie a connu des catastrophes aux proportions bibliques: incendies, inondations record et pandémie de Covid-19.

Ce dernier, conservateur, a fait l'objet de nombreuses critiques ces dernières années en raison des stricts confinements qu'a connus le pays. Son approche peu rigoureuse du climat et la réponse de son gouvernement aux graves inondations du début de l'année ont également suscité de nombreuses critiques.