Océanie Le sort de ces huit jeunes, âgés de 2 à 17 ans, avait été très médiatisé dans le pays.

Huit enfants et petits-enfants de combattants australiens de l’organisation État islamique aujourd’hui décédés ont été exfiltrés d’un camp en Syrie, a annoncé lundi le Premier ministre Scott Morrison. Les huit mineurs sont désormais sous la responsabilité de fonctionnaires australiens, a-t-il précisé.

Les huit jeunes, qui seraient âgés de 2 à 17 ans, se trouvaient auparavant dans le camp d’Al-Hol qui abrite quelque 100 000 personnes dans le nord-est de la Syrie, ce qui empêchait officiellement toute aide consulaire australienne. M. Morrison avait auparavant indiqué que son gouvernement n’aiderait que ses ressortissants qui prendraient contact avec une ambassade ou un consulat australien. Mais il semble avoir changé de position sur la question de ce groupe dont le sort a été très médiatisé en Australie.

"Le fait que des parents aient mis leurs enfants en danger en les emmenant dans une zone de guerre est odieux", a déclaré M. Morrison dans le communiqué. "Cependant, des enfants ne devraient pas être punis pour les crimes de leurs parents."

Une photo glaçante

Ce groupe inclut trois enfants et deux petits-enfants du djihadiste né à Sydney Khaled Sharrouf, vraisemblablement aujourd’hui décédé. Né en Australie de parents libanais, ce dernier était parti pour la Syrie en 2013 avec sa femme Tara Nettleton et leurs cinq enfants. Sharrouf avait suscité l’effroi et le dégoût en 2014 en postant sur Twitter une photo glaçante sur laquelle son fils Abdullah exhibait la tête en décomposition d’un soldat syrien décapité. Khaled Sharrouf a vraisemblablement trouvé la mort en 2017 avec deux de ses garçons dans une frappe aérienne américaine. Tara Nettleton serait morte en 2015. Les trois autres mineurs sont les enfants de Yasin Rizvic, qui s’était également rendu en Syrie avec son épouse.

C’est notamment grâce à la mobilisation de la mère de Tara Nettleton, Karen, que le sort des enfants a continué de faire la une en Australie. La chaîne ABC avait rapporté en avril que Karen Nettleton avait pu rencontrer les enfants dans le camp après deux tentatives infructueuses, grâce à un appel téléphonique de sa petite-fille Hoda Sharrouf, 16 ans.

Outre Hoda, les cinq incluent sa sœur Zaynab, âgée de 17 ans et enceinte, leur frère Hamzeh, 8 ans, ainsi que les deux jeunes enfants de Zaynab, Ayesha (3 ans) et Fatima (2 ans).