Le géant minier anglo-australien Rio Tinto a annoncé vendredi qu'il ouvrait une enquête après la destruction, destinée à agrandir une mine de fer, d'un site qui fut habité par des Aborigènes il y a plus de 46.000 ans. 

Lors de cette annonce, le président de Rio Tinto, Simon Thompson, a présenté des excuses officielles à la communauté aborigène pour la destruction à l'explosif, le 24 mai, de la grotte de Juukan Gorge, en Australie occidentale.

"La décision de conduire une enquête au niveau de la direction (...) prouve notre détermination à en tirer les leçons et à apporter toutes les améliorations nécessaires en matière de patrimoine et de gouvernance, " a-t-il affirmé dans un communiqué.

M. Thompson a indiqué que cette enquête se fera en collaboration avec les communautés autochtones du PKKP (Puutu Kunti Kurrama and Pinikura People), propriétaires traditionnels du site. Le rapport final sera publié d'ici octobre, a précisé la compagnie.

Dans un premier temps, Rio Tinto avait soutenu que cette destruction était conforme aux autorisations délivrées par le gouvernement de l'État en 2013. L'indignation provoquée au sein de la communauté aborigène par ce dynamitage a cependant conduit la compagnie à présenter ses excuses et à annoncer l'ouverture d'une enquête.

Selon la société autochtone locale, les propriétaires traditionnels du site n'ont appris que le 15 mai que Rio Tinto prévoyait de faire sauter la gorge près des cavités rocheuses et les tentatives de négociation avec la compagnie minière avaient échoué.

Un an seulement après l'approbation du dynamitage, des fouilles archéologiques dans l'un des abris avaient mis au jour le plus ancien exemple connu d'outils en os en Australie - un os de kangourou affûté datant de 28.000 ans - et une tresse de cheveux vieille de 4.000 ans qui aurait été portée comme ceinture. "Les sites aborigènes connus en Australie qui sont aussi anciens que celui-ci se comptent sur les doigts de la main", selon le président du Comité foncier Puutu Kunti Kurrama, John Ashburton, décrivant le site comme l'un des plus anciens sites occupés à l'échelle de tout le territoire. "Notre peuple est profondément attristé par la destruction de ces grottes et pleure la perte du lien avec nos ancêtres ainsi qu'avec notre terre."

Ce problème de destruction de sites a refait surface la semaine dernière quand le géant minier australien BHP a été autorisé à détruire jusqu'à 40 sites du patrimoine aborigène dans l'ouest de l'Australie.