Avec environ 300 décès par jour, "je peux comprendre le niveau d'anxiété en Italie et dans d'autres pays d'Europe", a-t-il souligné. "Ils se trouvent dans une situation de crise importante, ce n'est pas le cas en Australie."

Cependant, l'Australie a tout de même demander à la Commission européenne de revoir sa décision, a indiqué le ministre de la Santé Greg Hunt.

Le ministre des Finances Simon Birmingham avait déclaré plus tôt à Sky news être "déçu et frustré" par ce blocage. "Nous avons conclu des accords pour 150 millions de doses de vaccin, dont 50 millions produites ici en Australie", a-t-il rappelé.

Une première pour l'UE

L'Union européenne a pour la première fois bloqué l'exportation de vaccins contre le coronavirus depuis son territoire. Rome a fait part de sa décision de ne pas autoriser la sortie du lot le 26 février à la Commission européenne, qui n'a émis aucune objection. L'Italie s'est justifiée par "la pénurie persistante de vaccins et les retards d'approvisionnement de la part d'AstraZeneca" dans l'UE et en Italie, la "quantité importante" de doses concernées et le fait que l'Australie est considérée comme un pays "non vulnérable" par le mécanisme de l'UE.

Dans le même temps, les premières doses du vaccin AstraZeneca ont été administrées en Australie vendredi, après une cargaison reçue la semaine dernière. "Ce problème avec 250.000 doses n'affectera pas notre campagne" de vaccination, a assuré le ministre de l'Intérieur Peter Dutton.

L'Australie et ses 25 millions d'habitants ont enregistré environ 29.000 contaminations depuis le début de la pandémie et quelque 909 morts.

L'Italie (60 millions d'habitants) a déjà enregistré un peu moins de trois millions de cas.