Le gouvernement de l'État d'Australie occidentale a décidé de renommer la chaîne de collines Roi Léopold, qui tient son nom du deuxième roi des Belges, écrit vendredi le média australien ABC.

Ce "tyran malfaisant" responsable de la mort de millions de personnes à l'époque de "l'État indépendant du Congo" ne devrait pas être honoré, a justifié le ministre de l'Agriculture et des Affaires aborigènes Ben Wyatt, rappelant qu'une statue du souverain a été retirée à Anvers après avoir été la cible de dégradations répétées. Les "King Leopold Ranges" s'étirent sur 567 kilomètres dans l'ouest de la région de Kimberley, en Australie occidentale. Ses montagnes renferment notamment les gorges Bell et Dimond, qui attirent de nombreux touristes.

Mais pourquoi cette référence au Roi bâtisseur pour les uns, terrible figure du colonialisme pour les autres? Les collines ont reçu leur nom coloniale en 1879 d'Alexander Forrest, frère de l'ancien Premier ministre de l'État John Forrest, pour "le grand intérêt porté par Sa Majesté pour l'exploration". À cette époque, de nombreuses montagnes de Kimberley et Pilbara ont été nommée d'après des monarchies européennes, explique Brian Goodchild, ancien secrétaire du comité des noms géographiques d'Australie occidentale.

Quand les collines recevront-elles leur nouveau nom? Le processus "a été retardé pour plusieurs raisons mais le temps du report est écoulé", a déclaré le ministre Wyatt, sans préciser de calendrier.

Les populations aborigènes devraient entre-temps être consultées pour déterminer avec elle le futur nom de la chaîne montagneuse. "La difficulté sera de choisir un nom unique car cette chaîne couvre plusieurs régions autochtones", estime Brian Goodchild.

Dans une déclaration, la corporation aborigène Wilinggin, qui représente les Ngarinyin, une population traditionnelle qui occupait plus de 60.000 kilomètres carrés de la région de Kimberley y compris une partie de la chaînes de collines, a déclaré que la consultation serait essentielle. "Nous nous engagerons pleinement dans ce processus et espérons que tous les groupes traditionnels seront dûment reconnus", a souligné Wilinggin.

D'autres groupes autochtones n'ont pas commenté l'information, désirant d'abord se pencher avec attention sur la proposition de Ben Wyatt.