Les travaillistes étaient donnés samedi largement en tête des élections néo-zélandaises, selon de premiers résultats laissant penser que la Première ministre Jacinda Ardern, forte des succès enregistrés contre le coronavirus, pourrait même arracher la majorité absolue. La cheffe de l'opposition néo-zélandaise Judith Collins a officiellement reconnu la victoire de Jacinda Ardern. Alors que 36% des bulletins avaient été comptés, le Parti travailliste était en tête avec 50,5% des suffrages, ce qui selon les projections lui permettrait de contrôler 65 des 120 sièges du Parlement.

Jamais un parti néo-zélandais n'est parvenu à avoir la majorité absolue depuis la réforme du système électoral en 1996, ce qui fait que tous les Premiers ministres qui se sont depuis lors succédés ont dû gouverner en coalitions.

Les résultats sont loin d'être définitifs, mais le score des travaillistes semble nettement au-dessus de ce que les sondages avaient avancé. Il s'agirait si elle était confirmée de leur victoire la plus large depuis des décennies.

Le Parti national de Judith Collins (opposition de centre-droit) n'était crédité que de 26% des voix, un score qui ne lui donnerait que 34 sièges au Parlement, soit son pire résultat depuis 2002. "Félicitations à la Première ministre Jacinda Ardern, à qui j'ai téléphoné, parce que ce sont, je crois, des résultats extraordinaires pour le Parti travailliste", a déclaré à la télévision la cheffe de file du Parti national.

Au pouvoir depuis 2017, Mme Ardern, qui a eu 40 ans cet été, avait surnommé le scrutin les "élections du Covid", axant à fond sa campagne sur son bilan très solide dans la lutte contre la pandémie.