Les habitants de Sydney se sont réveillés mardi avec une odeur âcre de fumée, tandis que leur ville se recouvrait d'un épais voile de brume. Les conséquences des feux de brousse devraient continuer à brouiller leur quotidien, la région étant à l'aune de journées difficiles car marquées par une hausse des températures et de l'intensité du vent.

Les niveaux de pollution ont atteint des niveaux "dangereux" à Sydney selon des chiffres officiels, les concentrations les plus élevées de particules fines PM 2,5 atteignant jusqu'à 186 parties par millions dans le nord-ouest de la ville, comparables à ceux observés dans la capitale indienne New Delhi. Les habitants ont reçu comme consigne d'éviter les activités physiques à l'extérieur.

Si le brouillard avait commencé à se dissiper en milieu de journée, il devait à nouveau s'épaissir mardi dans la soirée, ont indiqué les services de météorologie.

Les particules fines sont susceptibles d'irriter le système respiratoire et d'aggraver des problèmes cardiaques et pulmonaires préexistants, a expliqué le directeur de la santé environnementale de l'état de Nouvelle-Galles du sud, Richard Broome.

"Chez la plupart des gens, la fumée provoque des symptômes légers comme des irritations des yeux, du nez et de la gorge", a-t-il dit. "Toutefois, des gens souffrant d'asthme, d'emphysème et d'angine risquent d'être davantage sensibles aux effets de la fumée".

Le brouillard qui enveloppe Sydney provient en grande partie d'un gigantesque feu de brousse qui ravage deux parcs nationaux, à quelque 100 kilomètres au nord-ouest de la ville. Le brasier fait rage depuis plusieurs jours, et a déjà brûlé près de 140.000 hectares de brousse. Quelque 1.400 pompiers se battent toujours contre une cinquantaine de feux à travers l'état.

Les autorités ont conseillé aux 4,6 millions d'habitants de la ville de Sydney de "rester vigilants" face aux conditions qui accentuent le déclenchement d'incendies. Les températures dépassaient les 30 degrés et les rafales atteignaient 65 km/h, mardi.

Six personnes sont mortes et 577 habitations ont été détruites ou gravement endommagées en Nouvelle-Galles du Sud depuis le début de la saison des feux de brousse, fin octobre, soit un mois plus tôt que d'habitude. Environ 1,6 million d'hectares ont été détruits par les flammes.