La Première ministre de l'Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud, dont Sydney est la capitale, a déclaré l'état d'urgence pour la région lors d'une conférence de presse organisée jeudi matin (heure locale). C'est la seconde fois en un mois que l'état prend cette décision en raison des feux de brousse qui ravagent actuellement la côte est. La mesure est valable pour sept jours.

Gladys Berejiklian a indiqué avoir pris cette décision sur les conseils du commissaire des services d'incendie ruraux, Shane Fitzsimmons, et qu'elle était inquiète de "l'imprévisibilité" de la météo. Des températures caniculaires couplées à un indice de danger très élevé pour les feux sont annoncées sur la région de Sydney, jeudi.

L'état d'urgence permet de transférer certaines compétences directement aux services d'incendie ruraux, notamment celles de mobiliser certaines ressources, d'évacuer des propriétés, de fermer des routes ou encore d'ordonner la fermeture de certains services publics dans les zones touchées.

Une équipe d'intervention rapide d'une centaine d'hommes est en alerte, prête à se déployer sur les feux les plus dangereux "étant donné l'énormité et la complexité de certains de ces incendies, et les conditions météorologiques extrêmes annoncées pour la journée", a souligné Shane Fitzsimmons.

Plus de 2.000 pompiers combattent les incendies avec le renfort d'équipes canadiennes et australiennes, ainsi que de militaires australiens.

© AFP

Les autorités ont également reconnu que les conditions météorologiques et les incendies pourraient perturber la période des fêtes. Les vacances d'été débutent vendredi en Australie, et de nombreux Australiens prennent la route pour rendre visite à leurs familles pendant les fêtes de fin d'année.

"Nous voulons que tout le monde puisse être avec sa famille et soit en sécurité, mais il faut être conscient que l'état d'urgence pourrait signifier des déviations supplémentaires sur la route, des fermetures de certains axes", a précisé la Première ministre de l'Etat.

L'est de l'Australie est frappé par une centaine feux depuis plusieurs semaines déjà, dont la moitié ne sont pas maîtrisés. Les incendies provoquent des fumées toxiques qui enveloppent Sydney, la plus grande ville de l'île-continent.

Les organisations professionnelles de médecins se sont alarmées en début de semaine que Sydney soit confrontée à "une urgence de santé publique" en raison des fumées.

Les hôpitaux ont constaté une importante augmentation du nombre de visites aux urgences par des patients souffrant de problèmes respiratoires, dont un accroissement de 80% des admissions le 10 décembre, quand la qualité de l'air a été la pire enregistrée ces derniers jours.

Au moins trois millions d'hectares sont partis en fumée ces dernières semaines. Six personnes sont mortes et plus de 800 maisons ont été détruites.

Ces événements créent de plus en plus de mécontentement au sein de la population, alors que le Premier ministre libéral Scott Morrison a tardé à prendre la parole et longtemps refusé de lier les incendies au réchauffement climatique.

Or, les scientifiques ont noté que les incendies ont été plus précoces et plus violents que d'habitude cette année en raison d'une sécheresse record, due au réchauffement climatique. Des immensités de bush sont de ce fait extrêmement sèches et offrent des conditions idéales pour des départs de feux. Certaines villes sont en outre à court d'eau potable.

Jeudi matin, des citoyens de tous âges se sont rassemblés devant la résidence de "ScoMo" (surnom du Premier ministre sur les réseaux sociaux) à Sydney afin de protester contre son absence. M. Morrison est actuellement en vacances à l'étranger.