La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a indiqué que cela ne devrait pas avoir d'impact sur cette "bulle", les deux pays "ayant accepté qu'il y ait des cas".

Lors d'un point presse, elle a également rappelé que des systèmes ont été mis en place pour gérer ce type de situation sans avoir à prendre des mesures de fermeture.

Mme Ardern a également précisé que l'employé contaminé est un agent d'entretien qui travaillait à bord d'avions en provenance de pays à "haut risque" de contamination.

En Australie, le ministre de la Santé Greg Hunt a réaffirmé qu'il avait "toute confiance" dans la capacité de la Nouvelle-Zélande à juguler l'apparition de cas de Covid-19.

Les premiers vols de cette "bulle" très attendue par les habitants de ces deux pays voisins ont décollé lundi après des mois de négociations.

Des familles séparées depuis la fermeture des frontières, il y a près de 400 jours en raison de la pandémie de Covid-19, ont ainsi pu retrouver leurs proches ou regagner leur domicile sans être soumis à une quarantaine obligatoire à l'arrivée.