La chute jeudi de la ville antique de Palmyre dans le désert syrien aux mains de l'organisation extrémiste Etat islamique fait craindre pour le sort de ses célèbres ruines, l'EI ayant déjà détruit des trésors archéologiques en Irak.


Irak

Le groupe EI, qui contrôle de larges pans de territoire dans le nord de l'Irak et désormais la moitié du territoire de la Syrie avec la prise de Palmyre, s'est livré à "un nettoyage culturel" en rasant une partie des vestiges de la Mésopotamie antique, selon l'ONU, ou en revendant des pièces au marché noir.

Une vidéo diffusée fin février a montré des membres de l'EI saccager des trésors pré-islamiques dans le musée de Mossoul, 2e ville d'Irak prise aux premiers jours de leur offensive, début juin 2014. Selon des responsables des antiquités, quelques 90 oeuvres ont été détruites ou endommagées. Les jihadistes, qui ont aussi mis le feu à la bibliothèque de la ville, avaient dynamité en juillet 2014 devant la foule la tombe du prophète Jonas, aussi connu sous le nom de Nabi Younès.

Une vidéo diffusée en avril a montré les combattants de ce groupe détruire à coups de bulldozers, de pioches et d'explosifs le site archéologique irakien de Nimroud, joyau de l'empire assyrien fondé au XIIIe siècle. Les jihadistes s'en sont aussi pris à Hatra, cité de la période romaine vieille de plus de 2.000 ans, située dans la province de Ninive (nord).

© reporters
 

Libye

Plusieurs mausolées ont été détruits par des islamistes extrémistes à coups de pelleteuse ou d'explosifs à travers le pays depuis 2011. Pour ces intégristes, ces sanctuaires érigés à la mémoire de saints contreviennent à leur interprétation de l'islam.

En 2012, des dizaines d'intégristes ont fait exploser le mausolée du cheikh Abdessalem Al-Asmar, un théologien soufi du XVIème siècle, à Zliten (ouest), le plus important en Libye. Une bibliothèque et une université au nom du cheikh ont été la cible d'actes de destruction et de pillage. A Misrata, le mausolée du cheikh Ahmed al-Zarrouk a été détruit.

En 2013, une attaque à l'explosif a visé un mausolée à Tajoura, banlieue de Tripoli, datant du 16ème siècle et qui constituait l'un des plus anciens de capitale. En 2014, l'Unesco a condamné les actes de vandalisme qui ont visé plusieurs mosquées de Tripoli, dont la mosquée Karamanli datant du 18ème siècle.


© afp
Mali

Tombouctou, "la cité des 333 saints" inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, est restée d'avril 2012 à janvier 2013 sous le contrôle de groupes islamistes armés qui l'ont défigurée. En juin 2012, les jihadistes de différents mouvements liés à Al-Qaïda, qui considèrent la vénération des saints comme de "l'idolâtrie", ont entamé la démolition de plusieurs mausolées, dont celui de la principale mosquée de la ville. D'autres mausolées, témoignage de l'âge d'or de la ville au XVIe siècle ont été détruits.

Début 2013, l'Institut de recherches islamiques Ahmed Baba a été saccagé, mais la majeure partie des célèbres manuscrits et livres précieux avaient été mis à l'abri. En mars 2014, des travaux de reconstruction ont commencé.


© reporters
 Afghanistan

En mars 2001, le chef suprême des talibans, le mollah Omar, ordonne la destruction des deux bouddhas géants de Bamiyan (centre-est), trésors archéologiques vieux de plus de 1.500 ans, jugés "anti-islamiques" car mettant en scène des représentations humaines. Pendant 25 jours, des centaines de talibans venus de tout le pays s'acharneront à détruire, à coups de roquettes et de dynamite, les gigantesques statues.