"Trash, c’était vraiment trash.” Jamais, c’est évident, cette externe n’oubliera la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre 2015 qu’elle a passée dans l’un de ces grands hôpitaux parisiens, où ont été dirigées les victimes. Une expérience inoubliable, à jamais gravée dans son esprit. Pour elle, comme sans doute pour tous les médecins chevronnés, infirmières et infirmiers, et tous les soignants qui auront vécu cette effroyable situation de guerre. On les a entendus, on les a lus : aucun d’entre eux n’avait encore connu pareille horreur. Et ne souhaiterait probablement revivre cet événement “apocalyptique”, comme le qualifiait notre interlocutrice.

Elle, précisément, avait entamé sa garde à 18 h 30. “Nous devions déjà faire face à une affluence anormale de malades, nous dit-elle, suite à la grève des médecins qui ont vu plusieurs centres hospitaliers rediriger les patients chez nous. Entre deux opérations, en pause dîner avec les différents services de réanimation et chirurgie, nous avons été contactés par le SAMU, qui nous annonçait des explosions au Stade de France, sans beaucoup plus de précisions. En l’absence de patient et d’information supplémentaires, nous avons attendu et pris des forces, sachant que la nuit allait être longue”.

Et de fait, il y eut un second appel du SAMU. “Il était question d’un “pluri-attentat” sur Paris. Dès ce moment, les urgences devaient être vidées, et l’hôpital prêt à accueillir d’éventuelles victimes. Nos premières réactions furent de prévenir nos proches, qui se trouveraient dans les rues de Paris, et leur conseiller de rentrer. Ensuite, on a commencé à se préparer. Nous avons vidé les urgences des cas non compliqués pouvant être pris en charge plus tard pour hospitaliser les patients qui devaient l’être”.

Vient alors le moment de prévenir les collègues. “Les administrateurs, chirurgiens, réanimateurs, anesthésistes, infirmiers et infirmières, aide-soignants, urgentistes, internes, externes… tous sont venus en nombre, on a même vu des gynécologues ou médecins des alentours proposer leurs services à l’hôpital.”

A ce moment-là, on ne se rend pas vraiment compte

Quant au sentiment alors ressenti par notre jeune externe : “A ce moment-là, on ne se rend pas vraiment compte de l’ampleur des attaques. Mais l’esprit de groupe était vraiment impressionnant, et les différents services n’ont, d’après plusieurs chefs de clinique, jamais aussi vite et bien collaboré qu’à ces heures.”

Arrivent enfin les premières victimes, après un tri minutieux des équipes du SAMU. Elles viennent du Stade de France. Dès ce moment-là, tout s’enchaîne à toute vitesse. “Les urgences sont pleines, les patients, arrivés par cars entiers, sont dans les couloirs, poursuit notre interlocutrice. Les services d’imagerie médicale fonctionnent à plein régime. Il faut en effet pour chaque patient polytraumatisé – surtout avec plaies par balles dont l’état le permet -, effectuer un body scan pour évaluer l’ampleur des dégâts; connaître les points d’entrée et de sortie, identifier les corps étrangers. Les salles de réanimation se remplissent de patients avec des numéros sur la tête pour toute identification

Nous sommes parfois 15 à 20 par salle d’opération – anesthésistes, réanimateurs, chirurgiens orthopédiques, thoraciques, abdominaux – pour nous occuper d’un blessé qui a plusieurs sites d’impact. Pas une salle de chirurgie qui ne soit pas ouverte, en pleine activité.”

En cette nuit de vendredi à samedi, il y a bien plus d’effervescence qu’un jour de semaine. “C’est une situation de guerre que l’on vit, des blessures de guerre que l’on soigne, s’exclame encore cette externe. C’est sûr, personne n’oubliera jamais cette nuit-là, mais dans la carrière de médecin ou futur médecin, d’infirmier ou d’infirmière, c’est peut-être plus encore une étape inoubliable”.

Jamais, je n’oublierai cette nuit

Cette nuit, qui a dû être l’une des plus longues pour beaucoup, passe pourtant très vite pour ces équipes médicales. “Tout s’enchaîne bien, comme si les équipes y étaient préparées depuis toujours. Toute la nuit et le samedi suivant, les opérations se suivent et… se ressemblent malheureusement en plusieurs points : les patients sont jeunes pour la plupart, et il s’agit toujours d’extirper des balles, éclats de bombes, boulons et de refermer les plaies. Ce qui change, c’est l’endroit où s’est logée la balle, donnant plus ou moins de chance aux blessés. A chaque balle extirpée, les insultes fusent dans les salles de chirurgie : “les enculés”,…” Les balles seront placées méticuleusement, selon leur localisation, dans des pots d’examens, pour la police, à des fins médico-légales. “Des boîtes et des boîtes se remplissent. C’est impressionnant.”

Plus tard dans la nuit, ce sont les familles puis les journalistes, qui viendront aux nouvelles.

Dans ma formation de médecin, il est évident que jamais je n’oublierai cette nuit. Nous ne pouvions pas ne pas être là ces dernières heures. Un chirurgien m’a dit : “Ceux qui préfèrent être chez eux, plutôt qu’ici maintenant, n’ont pas compris leur métier. Cette nuit-là, dans l’horreur, les équipes médicales, du SAMU, de la police… ont travaillé sans compter. C’est une nuit à jamais gravée”.