© Belga/AFP

International

Paris s'attaque à l'opposition iranienne

Publié le - Mis à jour le

La police française a interpellé ce mardi près de Paris 165 personnes appartenant aux Moudjahidine du peuple, principal mouvement de l’opposition iranienne, qui voulait, selon le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy installer sa «base arrière en France ».

1.200 policiers et 80 gendarmes ont participé à cette vaste descente sur 13 sites de la banlieue parisienne dans le cadre d’une commission rogatoire du juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière.

«165 personnes faisant partie des Moudjahidine du peuple iraniens ont été interpellées » dans le cadre d’une enquête judiciaire ouverte en avril 2001, a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué.

Parmi les personnes arrêtées, figure Maryam Radjavi, épouse du chef des Moudjahidine Massoud Radjavi et désignée par le groupe comme «la future présidente de l’Iran ».

Selon le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, 159 personnes ont été placées «en garde à vue, des importantes sommes d’argent ont été découvertes et du matériel informatique (reste) à exploiter », après les perquisitions qui étaient toujours en cours mardi après-midi.

Dans le complexe de villas d’Auvers-sur-Oise, siège du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI, appellation politique des Moudjahidine), ont été retrouvés la somme d’1,3 million de dollars, mais aussi une centaine de paraboles et «du très gros matériel informatique ».

D’après la police, cette opération est «une des plus importantes opérations de la DST (contre-espionnage français) depuis ces 30 dernières années ». Elle est intervenue après trois ans d’investigations.

Selon des sources proches des services du renseignement, il «n’est pas exclu » que les moudjahidine aient projeté de commettre des attentats à l’étranger. En revanche, il n’existe «aucun élément permettant de les soupçonner de vouloir commettre des attentats en France », soulignait-on de mêmes sources.

«Ces accusations sont complètement grotesques », a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’organisation, Ali Safavi, joint à Londres par téléphone depuis Nicosie.

Selon lui, des membres des Moudjahidine du Peuple vivaient en France depuis de nombreuses années «et il n’y a eu aucun problème ». M. Safavi a accusé la France de «tenter de s’attirer les bonnes grâces du régime (islamique) fondamentaliste en Iran » et a affirmé que les arrestations faisaient partie d’un «complot concerté » entre les deux gouvernements.

En France également, certains se sont interrogés sur les raisons de cette opération policière. «Je me demande s’il n’y a pas beaucoup de communication là-dedans, s’il n’y a pas la volonté de donner des gages, au régime des mollahs, aux Etats-Unis ou à je ne sais qui », a déclaré à l’AFP le maire socialiste d’Auvers-sur-Oise, Jean-Pierre Bequet.

Selon une source du ministère de l’Intérieur, Auvers-sur-Oise était devenu le «centre international, le PC mondial » des Moudjahidine.

L’organisation des Moudjahidine du peuple iranien opérait depuis l’Irak avant la guerre menée par la coalition américano-britannique qui a renversé le 9 avril le régime de Saddam Hussein qui la protégeait. Elle figure depuis mai 2002 sur la liste des mouvements terroristes dressée par l’Union européenne, ainsi que depuis 1997 sur celle du département d’Etat américain.

Cette opération intervient alors que des pressions très fortes sont exercées sur l’Iran, pays membre de l«’axe du mal » selon Washington, accusé de préparer en secret un programme nucléaire militaire, pour qu’il accepte des visites inopinées de ses installations. L’Union Européenne a exigé la même transparence.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci