Les manifestations de soutien au peuple birman se multiplient en Europe. Vendredi, un sms de "soutien à nos amis incroyablement courageux" encourageait les citoyens à se vêtir d'un T-shirt rouge. Et tous les midis depuis trois jours, des manifestants se retrouvent sur la pelouse de la place de la Liberté à Bruxelles pour soutenir l'élan démocratique qui s'exprime en Birmanie. Mercredi, ils étaient quelques élus belges, une rose jaune à la main, à se réunir derrière une banderole réclamant la libération de la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.

Samedi, les initiateurs de la manifestation, parmi lesquels Amnesty, la Ligue et la Fédération internationale des droits de l'homme et le CNCD, espèrent sensibiliser le plus de monde possible. "Si nous ne soutenons pas les Birmans aujourd'hui, nous nous en mordrons les doigts pendant les 20 prochaines années", estime Gaetan Vanloqueren, le porte-parole de l'association "Actions Birmanie". Rendez-vous est pris pour midi au même endroit que les jours précédents, rebaptisé "place des démocrates birmans", avec un vêtement, une fleur, un foulard ou un accessoire jaune.

Actions Birmanie (http://www.birmanie.net/) suggère également d'envoyer des e-mails au ministre belge des Affaires étrangères Karel De Gucht, ainsi qu'aux ambassadeurs de Chine Zhang Qiyue et d'Inde Dipak Chatterjee pour réclamer la libération d'Aung San Suu Kyi et - pour les concernés asiatiques - "geler les ventes d'armes à la Birmanie tant qu'un réel processus de transition démocratique n'est pas mis en route".

© La Libre Belgique 2007