Millionnaire, joueur invétéré et féru des armes. Peu à peu le voile se lève sur Stephen Paddock, cet homme de 64 ans qui a tué, dimanche soir à Las Vegas, 58 personnes et blessé plus de 500 autres dans la pire fusillade qu’aient connu les Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale.

Ce qui frappe tout d’abord est l’extrême préparation de ce sexagénaire. C’était un acte “évidemment prémédité”, a déclaré le shérif de Vegas, Joseph Lombardo. Paddock a pris de soin d’envoyer sa compagne Marilou Danley dans sa famille aux Philippines, le 15 septembre. Il y a fait un versement de 100 000 dollars une semaine avant les faits. Il a réservé une suite avec vue panoramique au 32e étage du Mandalay Bay. Il y a monté dans des valises plus d’une dizaine d’armes, des centaines de munitions et un marteau pour fracasser des baies vitrées et dégager son angle de tir. Il a même installé des caméras dans sa chambre et sur un charriot de service pour surveiller l’arrivée des policiers.

Le comptable à la retraite voulait tuer le plus grand nombre de festivaliers. Paddock avait modifié plusieurs fusils avec un mécanisme légal aux Etats-Unis et appelé “Bump stock” qui permet de vider un chargeur entier au rythme d’une arme automatique. Douze de ses armes avaient été équipées du système, ont indiqué les enquêteurs. Selon l’AFP, un tel mécanisme est vendu pour seulement 99 dollars aux Etats-Unis.


Un arsenal : 47 fusils et armes de poing

Dans la suite du Mandalay et les deux maisons qu’il possédait à Verdi et à Mesquite (Nevada), les policiers ont retrouvé 47 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions. Dans son véhicule, ils ont mis la main sur du nitrate d’ammonium, engrais qui peut servir à fabriquer des explosifs et qui a été utilisé par le passé par des terroristes comme Timothy McVeigh, auteur de l’attentat d’Oklahoma en 1995 ou la mouvance Al-Qaïda. Une des armes seulement a été achetée légalement dans le magasin local de Mesquite, “Guns & Guitars”.

Les démocrates relancent le débat sur la vente des armes mais la majorité républicaine au Congrès estime que ce n’est pas à l’ordre du jour. “Peut-être à un certain point, mais pas aujourd’hui”, a répondu le président Trump, qui s’est rendu mercredi à Las Vegas pour soutenir les familles des victimes.

Mais l’Amérique ignore toujours tout des motifs de ce sexagénaire, un homme sans enfants, amateur de poker vidéo, devenu riche grâce à l’immobilier et passant du temps dans des croisières. L’homme avait travaillé pour plusieurs agences fédérales (dont l’Internal Revenue Service) dans les années 70 et 80. Un médecin lui avait prescrit en juin des pilules de Valium 10mg, un médicament utilisé notamment contre l'anxiété, selon le Las Vegas Review-Journal

A Los Angeles, le FBI a commencé à interroger Marilou Danley, 62 ans, revenue des Philippines. Beaucoup croient, espèrent qu’elle puisse révéler le grand secret de cet homme apparemment si normal.