International Didier Reynders avait toutes les raisons d’y croire depuis son audition par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe en mars dernier. Seul candidat sélectionné au premier tour, il pouvait être serein face à une challenger, la Croate Marija Pejcinovic Buric, sortie d’un second tour organisé uniquement parce que les représentants des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe ne pouvaient pas "ne proposer qu’un seul nom". Comment la ministre croate des Affaires étrangères en est-elle arrivée à devancer son homologue belge, pourtant donné favori ? (...)