Le golf du président américain Donald Trump près d'Aberdeen, dans le nord-est de l'Ecosse, continue de provoquer la colère des riverains, dont une pétition sera examinée jeudi par les autorités locales. Alors que le conseil du Aberdeenshire avait prévu d'examiner un projet d'extension du parcours de golf du milliardaire, il se penchera à la place sur une pétition réclamant des "excuses" des autorités locales pour avoir autorisé sa construction, selon l'ordre du jour publié sur son site internet.

Le parcours de golf connu sous le nom de Trump International Golf Links a ouvert en 2012. Le magnat américain, qui a des origines écossaises, avait promis de créer 6.000 emplois et d'investir un milliard de livres (1,13 milliards d'euros), des promesses qui ne se sont jamais concrétisées. La Trump Organization a dépensé 100 millions de livres (113 millions d'euros) sur le site, et employé jusqu'à 650 personnes, intérimaires compris.

"Le conseil a soutenu la destruction d'un site protégé irremplaçable sur la base de promesses exagérées et irréalistes d'emplois et d'investissement qui ne se sont jamais matérialisées", indique le texte de cette pétition. Ses signataires réclament au conseil local des "excuses avec la promesse que des leçons en soient tirées".

La Trump Organization prévoit aujourd'hui d'étendre le site, avec la construction de plus de 500 maisons, un projet qui doit encore être examiné par les autorités locales.

Le président américain sera en visite d'Etat au Royaume-Uni du 3 au 5 juin. Il pourrait profiter de ce passage pour aller en Ecosse, ce qu'il avait fait en juillet 2018, se rendant sur son complexe hôtelier écossais de Turnberry (côte ouest) en marge d'une visite de travail dans le pays.