Le président russe Vladimir Poutine se rendra jeudi en Crimée, la péninsule ukrainienne rattachée en mars par la Russie, où il prononcera un discours lors d'une réunion avec des députés du parlement russe, a indiqué lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "M. Poutine va prononcer un discours intense" qui reflètera "l'agenda avec lequel nous vivons tous", a indiqué M. Peskov, cité par l'agence de presse publique Ria-Novosti, sans plus de précisions.

Les députés de "presque tous les partis représentés" à la Douma (chambre basse du parlement) vont assister à cette réunion, a-t-il ajouté, cité par l'agence officielle Itar-Tass.

Il s'agit de la deuxième visite de Vladimir Poutine en Crimée depuis son rattachement à la Russie en mars.

Le président russe s'était déjà rendu dans cette péninsule où est située notamment la ville de Sébastopol, port d'attache de la Flotte russe de la mer Noire, pour des célébrations de la victoire de 1945 sur les nazis, fêtée le 9 mai en ex-URSS. Sa visite avait alors été qualifiée de "violation flagrante de la souveraineté ukrainienne" par Kiev.

Le rattachement de la Crimée à la Russie, survenu après l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev, est à l'origine de la pire crise entre Russes et Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide, qui n'a depuis cessé de dégénérer.


Embargo russe: l'UE prend des mesures exceptionnelles pour soutenir le secteur des fruits

La Commission européenne va prendre des mesures exceptionnelles pour soutenir le secteur des pêches et des nectarines, au coeur d'une âpre bataille de concurrence entre la France, l'Italie et l'Espagne, et qui a été affecté par une météo défavorable et l'embargo imposé par Moscou aux produits agroalimentaires européens.

 "Suite à la récente baisse des prix sur les marchés des pêches et des nectarines, une action urgente est nécessaire (...) Je propose aujourd'hui que la Commission européenne prenne des mesures rétroactives immédiates visant à réduire l'offre et à favoriser la demande", a affirmé dans un communiqué le commissaire européen en charge de l'Agriculture, Dacian Ciolos. Il s'agit notamment d'accroître les volumes des fruits autorisés à être retirés du marché ou à être distribués gratuitement.