L'explosion qui a eu lieu en début d'après-midi dans une rame de métro dans le centre de Saint-Pétersbourg, en Russie, a fait au moins 11 morts, tandis que 45 personnes ont été hospitalisées, selon un nouveau bilan communiqué dans la soirée par les autorités russes. Le Comité anti-terroriste ajoute que différentes équipes, de la Sécurité et de l'Intérieur notamment, ont été envoyées sur place pour participer à l'enquête criminelle et gérer les suites de l'attentat. "Dans le cadre de l'enquête, des mesures sont prises pour établir les circonstances du crime, trouver les auteurs et les commanditaires des attaques terroristes ainsi que leurs complices", indique la communication du Comité antiterroriste telle que relayée par l'agence de presse Tass.

Toutes les stations de métro de la ville ont été fermées après l'explosion, qui s'est produite vers 14h40 à bord d'un métro qui circulait entre deux arrêts du centre de Saint-Pétersbourg, "Tekhnologichesky Institut" et "Sennaya Ploshchad". Le chef du Comité antiterroriste parlait encore lundi dans la soirée d'un "dispositif explosif non-identifié", dans l'attente des conclusions précises des enquêteurs. Des mesures de sécurité supplémentaires ont par ailleurs également été introduites à l'aéroport Pulkovo.

Le président russe Vladimir Poutine a déposé des fleurs dans la soirée sur les lieux de l'attentat, a constaté une photographe de l'AFP. Il ne s'est pas exprimé publiquement à cette occasion, mais a déposé un bouquet de fleurs rouges devant l'entrée de la station Tekhnologichesky Institut. Sept personnes sont décédées sur place dans l'explosion, les autres victimes étant tombées lors de leur transport à l'hôpital ou après leur prise en charge.