La bataille pour le second tour de la présidentielle démarre ce lundi entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, en position de favori, après le "big bang" de dimanche qui a vu l'élimination du PS et des Républicains.

Le taux de participation a atteint 78,69%, contre 80,42% lors du premier tour du scrutin présidentiel de 2012.


Duel inédit 

Ce scénario Macron-Le Pen rebat les cartes de la politique française: c'est la première fois sous la Ve République que la droite est absente du second tour, et la première fois qu'aucun des deux grands partis qui ont dominé la vie électorale depuis près d'un demi-siècle, Les Républicains (LR) et le Parti socialiste, n'y est présent.

Jamais élu, Emmanuel Macron est désormais en bonne position pour emporter le scrutin suprême le 7 mai et devenir, à 39 ans, le plus jeune président de la République de l'Histoire, devant Louis-Napoléon Bonaparte.


Face à lui se dresse la candidate du Front national, qui réédite la performance de son père en 2002 en accédant au second tour, sans toutefois arriver en tête comme elle l'a longtemps espéré. Mais il ne s'agit cette fois pas d'une surprise: sa qualification au second tour était prédite par tous les sondages sans exception depuis 2013.

Vainqueur triomphal de la primaire de droite, M. Fillon a été grandement fragilisé par les affaires judiciaires, après la révélation fin janvier par Le Canard enchaîné de l'emploi soupçonné fictif de son épouse comme collaboratrice parlementaire, pour lequel la justice l'a mis en examen.

Quatrième homme en 2012, avec 11,10% des voix, Jean-Luc Mélenchon pulvérise son score pour atteindre 19,64%, principalement au détriment de Benoît Hamon, frondeur socialiste désigné lors d'une primaire face à l'ancien Premier ministre sortant Manuel Valls.


Quant à Benoît Hamon, il crève le plancher du score éliminatoire de Lionel Jospin en 2002 (16,18%), et fait même le pire score d'un candidat socialiste depuis Gaston Defferre en 1969 (5,01%).


Cette 10e élection présidentielle au suffrage universel de la Ve République est hors normes à plus d'un titre: un président sortant François Hollande pas en mesure de se représenter, une première depuis la mort en fonction de Georges Pompidou en 1974; élimination des favoris Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, lors des primaires; match serré dans la dernière ligne droite entre quatre candidats; contexte de menace terroriste, avec un scrutin sous état d'urgence, instauré après les attentats de novembre 2015.

La mort jeudi soir d'un policier sur les Champs-Elysées porte à 239 le nombre de victimes d'attentats en France depuis l'attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015. Cet attentat a bouleversé la fin de la campagne, la plupart des candidats annulant leurs derniers déplacements. Un hommage national au policier assassiné aura lieu mardi.