Alors que le duel entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé semblait inévitable, François Fillon vient bousculer l'ordre établi, en essayant de se faire une place au soleil pour l'ultime affrontement du second tour face au maire de Bordeaux.

Ce retournement de situation a été annoncé dans un récent sondage Odoxa. Alain Juppé, même s'il reste toujours en tête, perd son avance et comptabilise aujourd'hui 36 % des intentions de vote et une baisse de 7 points par rapport à mi-octobre. Celui que tous les médias présentaient comme « troisième homme de la primaire » refait quant à lui son retard en gagnant 9 points en un mois, avec 20 % des intentions de vote. Une progression lui permettant de distancer largement Bruno Le Maire (8%) avec qui il se disputait la troisième place. À une semaine du premier tour, François Fillon se rapproche dangereusement de Nicolas Sarkozy qui, même s'il reste stable, ne compte plus que 6 points d'écart avec son ancien Premier ministre.

Cette tendance est confirmée par une enquête Ifop annonçant 54 % de bonnes opinions pour François Fillon, qui se retrouve au coude-à-coude avec Nicolas Sarkozy auprès des adhérents aux Républicains (LR), les Français les plus susceptibles de voter à la primaire du 20 novembre.

Ce retour de l'ex-Premier ministre se justifie entre autres par son succès lors des deux débats face à ses six adversaires. Au cours de la deuxième rencontre, plutôt que d'attaquer Nicolas Sarkozy, à l'instar des autres candidats, François Fillon s'est contenté d'affirmer ses positions et est apparu « plus crédible, avec un programme plus abouti » selon Frédéric Dabi de l'institut de sondage Ifop. Il a également été percutant et plus convainquant, face à un Bruno Le Maire se débattant avec sa stratégie de communication et à un Alain Juppé se reposant sur sa position de favori.

Ce jeudi, le troisième et dernier débat pourrait une fois, de plus, permettre à François Fillon de s'élever dans l'opinion publique. Nicolas Sarkozy devra quant à lui conserver sa place de second pour passer au deuxième tour et espérer gagner cette primaire. Alain Juppé a, pour sa part, prévu deux grands meetings à Paris et à Lille, espérant confirmer sa position de favori et enrayer sa chute dans les enquêtes.

Même si les sondages laissent présager une victoire du maire de Bordeaux, la récente élection de Donald Trump aux États-Unis, contrairement à ce qu'avaient annoncé près de 320 enquêtes, reste dans tous les esprits. Un revirement de situation n'est pas exclu. Et si cette nouvelle perspective plait à certains, elle en met d'autres en difficulté, alors que leur victoire était quasiment assurée. Les sondages montrent des tendances, mais seules les urnes désigneront le gagnant de cette primaire, décisive pour l'élection présidentielle de 2017.