International

Cette bombe existe en deux versions, la B-61-7, datant de 1985 et d'une puissance oscillant entre 10 et plus de 300 kilotonnes - l'équivalent of 300.000 tonnes de TNT, alors que la bombe larguée en 1945 sur Hiroshima avait une puissance de 12,5 kilotonnes - et la B-61-11. Cette dernière, dont la production s¿est arrêtée en 2008, est plus puissante et dotée d'une pointe renforcée pour pénétrer des objectifs profondément enterrés. Selon le 'Washington Post', quelque 250 engins des deux types, largables d'avion, sont déployées en Europe occidentale - en Allemagne, en Belgique, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie, selon d'autres sources.

Le Pentagone, appuyé par la Maison Blanche, souhaite moderniser la B-61-7, plus ancienne, d'ici 2017 pour lui permettre d'être emportée par le futur chasseur F-35, retenu par plusieurs pays européens - mais pas la Belgique - pour remplacer leurs actuels F-16.

La B-61 ne restera par un "système d'armes vital durant la décennie" sans subir une prolongation de sa durée de vie, a expliqué le directeur des Sandia National Laboratories, Paul J. Hommert, devant les commissions des forces armées et des affaires étrangères du Sénat.

Les estimations du coût de programme de modernisation "sont sujets à des changements jusqu'à ce que les besoins soient finalisés l'année prochaine", a expliqué M. Hommert. Mais selon des données publiées récemment par l'administration nationale de la sécurité nucléaire, les coûts de l'ensemble de la prolongation d'une centaine de B-61-7 pourraient s'élever à quatre milliards de dollars, précise le 'Washington Post'.