International

Le ministère polonais des Affaires étrangères a annoncé dimanche avoir convoqué l'ambassadeur américain à Varsovie, pour protester contre les propos du chef du FBI James Comey qui a chargé la Pologne d'une part de responsabilité pour l'Holocauste.

La Pologne réagit ainsi à un article paru la semaine dernière dans le Washington Post, dans lequel James Comey a estimé que "dans leur tête, les assassins et leurs complices d'Allemagne, de Pologne, de Hongrie et de beaucoup, beaucoup d'autres endroits n'ont rien fait de mauvais. Ils étaient convaincus d'avoir fait ce qui était juste, ce qu'il fallait faire".

"L'ambassadeur Stephen Mull sera convoqué au ministère suite aux déclarations du directeur du FBI. Il se verra remettre une note de protestation et un appel à présenter ses excuses", a annoncé le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Marcin Wojciechowski, sur son compte Twitter.

Le président polonais Bronislaw Komorowski a déploré pour sa part "le manque de connaissance historique et probablement une dose importante d'aversion personnelle" du chef du FBI.

"Cela nécessite une réaction de l'Etat polonais (...) Ce sont des propos qui insultent non seulement la Pologne, mais surtout ces milliers de Polonais qui ont apporté leur soutien aux Juifs" pendant la Seconde guerre mondiale, a-t-il dit.

L'ambassadeur Mull, qui a participé dimanche aux cérémonies du 72e anniversaire de l'insurrection du Ghetto de Varsovie, a déploré les propos de M. Comey.

"Suggérer, de quelque manière que ce soit, que la Pologne ou un tout autre pays, mise à part l'Allemagne nazie, soit responsable de l'Holocauste, est une erreur. C'est nuisible et insultant", a déclaré en polonais M. Mull aux journalistes.

Six millions de citoyens polonais ont trouvé la mort pendant la Seconde guerre mondiale, dont la moité étaient juifs. L'Allemagne nazie a aussi exterminé des millions de juifs européens dans des camps de la mort qu'elle avait installés en Pologne occupée.

Selon des historiens, de nombreux Polonais ont dénoncé aux Allemands, voire tué, des voisins juifs, mais beaucoup d'autres en ont aidé, souvent au péril de leur vie.