La large avance des islamistes d'Ennadha aux premières élections libres en Tunisie dimanche et l'instauration de la charia en Libye inquiètent. Qu'est-ce que la "charia"? Tentative de définition.

La charia est la loi islamique codifiant l'ensemble des droits et des devoirs tant individuels que collectifs des musulmans. En arabe, "charia" signifie "le fil conducteur dans la vie". C'est le "code de conduite islamique", un ensemble de règles, dispositions, interdits et sanctions issus de la tradition et de la jurisprudence. Elle dicte le statut personnel et familial, le droit pénal et public.

La loi islamique découle du Coran et de la sunna (les dires du prophète Mohammad) et régit la vie religieuse, sociale, et individuelle. Elle est appliquée avec plus ou moins de rigueur dans certains Etats musulmans.

Parmi les châtiments, le droit pénal prévoit notamment la peine de mort pour l'homicide, cent coups de fouet pour le délit d'adultère (homme ou femme) et l'amputation de la main droite pour vol. L'adultère est passible de la peine de mort par lapidation.

L'islam a réglementé la polygamie et admis trois modes de rupture de mariage: l'annulation prononcée par le cadi (magistrat musulman), le divorce par consentement mutuel et la répudiation unilatérale (talaq) par le mari ou la femme si une demande en ce sens de sa part est inscrite dans le contrat de mariage.

Selon la charia, le droit de divorcer revient d'abord à l'homme. Un divorce civil n'est ainsi automatiquement validé en droit islamique que si l'homme l'a réclamé ou a donné son consentement.

Pour le musulman, la vie religieuse consiste essentiellement dans l'accomplissement des cinq obligations rituelles déterminées par la loi et appelées "piliers de la religion". Outre la profession de foi, elles comprennent la prière, le jeûne, l'aumône légale et le pèlerinage à La Mecque pour ceux qui disposent des moyens de le faire.

La vie sociale est fondée sur la notion de communauté (oumma), qui soumet les ensembles nationaux ou raciaux au principe de l'égalité absolue entre adeptes d'une même foi.

La vie communautaire a comme première base la récitation du Coran et l'usage de la langue arabe comme langue "liturgique". Parmi ses aspects, on retrouve notamment la communauté de nourriture (interdiction des boissons fermentées et des viandes illicites) et la réglementation de la tenue vestimentaire des femmes.