Jamais la France n'avait dû faire face à des attaques kamikazes d'une telle ampleur sur son territoire. Un témoin a décrit l'un des terroriste à l'agence Reuters.

Après les attentats sanglants de ce vendredi, la France se réveille sous le choc ce samedi matin. Les questions sont nombreuses et peu de réponses ont été déjà apportées.

La principale est "qui sont les auteurs de ces attentats?".

Daech revendique

Dans la nuit de vendredi à samedi, François Hollande a fait savoir qu'il savait d'où venait l'attaque et qui étaient ces terroristes.

Ce samedi matin, le président français a parlé d' "un acte de guerre" commis par une "armée terroriste, Daech". Peu de temps après, l'organisation terroriste a revendiqué les attentats dans un communiqué officiel. 

Le parquet a ouvert une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs".

Selon les dernières informations, 8 terroristes ont été "neutralisés". 7 sont morts en faisant exploser en déclenchant leur ceinture d'explosifs. Le dernier a été abattu par la police avant d'actionner sa ceinture également. Il y avait 4 assaillants dans la salle du Bataclan. Ils étaient 3 près du Stade de France. Le dernier terroriste est mort boulevard Voltaire.

Des témoignages convergents

Plusieurs témoignages indiquent que les kamikazes ont fait savoir pendant leur assaut qu'il s'agissait d'un acte de représailles à l'intervention française en Syrie. "C'est pour la Syrie!", "Allah Akbar", "C'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie", voilà quelques-uns des messages rapportés par des témoins.

On ignore encore si les auteurs de ces attaques étaient connus des services anti-terroristes français et comment ils ont coordonné leurs attaques. Ce scénario d'attaques simultanées était craint par les experts et les services anti-terroristes suite à la montée en puissance de l'Etat Islamique.

Comment les identifier?

Les explosions des corps vont sérieusement compliquer la tâche des experts lors de l'identification des corps. Des prélèvements d'ADN ont été réalisés sur ce qu'il reste des corps des assaillants. Les enquêteurs visionnent les caméras de surveillance des lieux proches des attentats pour tenter d'obtenir une image avant l'assaut.

Un témoin présent au Bataclan a déclaré à l'agence Reuters que les terroristes étaient "jeunes, pas plus de 25 ans". "Celui que j'ai vu principalement était en survêtement noir avec des traits blancs, il n'avait pas plus de 25 ans, il avait des cheveux bruns. Il était assez calme, ce qui m'a étonné. A un moment, je me suis retourné, on se demandait si c'était des balles réelles ou pas et j'ai vu qu'il tirait sur quelqu'un et j'ai compris."