Arborant des chaussettes aux couleurs de l’Union Jack, l’ex-leader du parti anti-européen Ukip est enchanté par ce Brexit pour lequel il a œuvré. 

Il a traité le Parlement européen de "mafia" et ses membres de "gangsters" qui veulent retenir les Britanniques en otages. " Inacceptable", a grondé l’Italien Antonio Tajani, président de l’assemblée. 

Pour Nigel Farage, les Britanniques ne souffriront pas du Brexit car "on n’est pas tenu de boire du vin français, d’acheter des voitures allemandes, ni de manger du chocolat belge".