Cette nuit, peu avant minuit, le Festival Amani a connu un événement dramatique. Pour une histoire de matelas, un policier, manifestement ivre, a fait feu sur un scout et un bénévole. Le premier est à l’hôpital, dans un état critique, le second est décédé.

« Depuis le début de l’après-midi, ce jeudi, le policier cherchait des problèmes aux scouts. Il réclamait notamment un matelas, probablement pour le voler », rapporte une personne de l’organisation du festival. « Nous étions sur scène en train d’effectuer les derniers réglages techniques en vue du début des concerts ce vendredi, quand nous avons entendu un premier coup de feu », poursuit Christophe Voisin, régisseur.

Selon différentes sources, le policier aurait tiré trois fois, touchant le scout à l’abdomen et abattant Norbert Paluku dit "Djoo", un bénévole de la commission artistique, membre actif de la Maison des jeunes de Goma, qui a tenté de s’interposer.

« Les scouts ont fini par maîtriser le policier, ils l’ont ligoté comme un animal. Ils ne voulaient pas que celui-ci soit emmené par ses collègues et évite d’être confronté à la justice », raconte Diego, un témoin de la scène.

« Les scouts menaçaient de le tuer, avant de retrouver la raison. Leur chef a sifflé rassemblement et leur a rappelé que les scouts n’appliquent pas la loi du talion, mais promeuvent la paix. »

« Enfin, explique Eric de Lamotte, promoteur du festival, des responsables de la police de Goma sont rapidement arrivés sur place, ainsi que des représentants de l’armée. Ils ont emmené le policier pour le livrer à la justice. »

© Baptiste Erpicum

Le festival continue

Ce matin, les proches de Djoo, le bénévole décédé, ont rencontré les organisateurs du festival. « Ils nous ont dit que Djoo aurait voulu que le festival ait lieu malgré tout », rapporte Eric de Lamotte. « Les scouts ont également témoigné de leur volonté de continuer à s’impliquer dans leurs tâches pour le festival. Tous sont unanimes, nous maintenons donc le festival, qui démarre comme prévu ce vendredi à 11 heures. »

Avant chacun des concerts qui clôtureront les trois jours de l’événement, une minute de silence sera dédiée à Djoo. La grande scène portera son nom. Les organisateurs du festival apporteront leur aide à sa famille, sa femme et ses deux enfants, ainsi qu’à la famille du jeune scout.

« Nous prévoyons les funérailles de Djoo pour lundi, conclut Eric de Lamotte. En attendant, nous comptons faire de cette quatrième édition du festival Amani la plus belle d’entre toutes, en son hommage »

Le Festival Amani se déroule à Goma et est le plus grand festival de musique et de danse de la région des grands lacs.