International

Le Parti socialiste (PS) au pouvoir en France a annoncé dimanche soir son retrait au deuxième tour des élections régionales le 13 décembre dans au moins deux régions clés, au nord et au sud du pays, pour "faire barrage" à une victoire de l'extrême droite.

"Dans les régions à risque Front national où la gauche ne devance pas la droite, le Parti socialiste décide de faire barrage républicain, en particulier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-côte d'Azur", a déclaré le numéro un du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

"Pendant cinq ans, les socialistes ne siègeront pas dans ces régions", a-t-il ajouté, à l'issue d'une réunion exceptionnelle de la direction du parti du président François Hollande.

Le parti d'extrême droite Front national (FN) est sorti dimanche grand vainqueur du premier tour des élections régionales françaises, avec un score national record de 27,2 à 30,3% des voix selon des estimations d'instituts de sondages.

Il devance l'opposition de droite et le PS dans au moins six régions sur 13.

Sa présidente Marine Le Pen au nord et la nièce de cette dernière, Marion Maréchal-Le Pen, au sud sont toutes deux créditées de plus de 40% des voix par les estimations, ce qui les place en position d'emporter les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur au second tour.

+LIRE AUSSI | Toutes les réactions suite aux résultats des élections régionales françaises+


Nord/Pas-de-Calais/Picardie: un duel face à Bertrand "n'inquiète" pas Marine Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen, dont la liste est arrivée largement en tête au premier tour, a déclaré dimanche qu'un duel au second tour face à Xavier Bertrand (Les Républicains) ne l'inquiétait pas.

"Rien ne m'inquiète. La situation sera évidemment plus compliquée que si on avait respecté la démocratie", a-t-elle déclaré à France 3 Nord-Pas-de-Calais-Picardie, prenant acte des déclarations du Numéro 1 du PS, Jean-Christophe Cambadélis, annonçant le retrait de la liste PS pour le second tour. Elle réagissait cependant avant la confirmation de ce retrait par Pierre de Saintignon lui-même.

"La tête de liste du PS demande à ses électeurs de se faire hara-kiri et de voter pour quelqu'un qui a affirmé pendant toute sa campagne que la région était dirigée par une bande de feignasses", a-t-elle ainsi lancé.

Xavier Bertrand a fait campagne sur le thème "remettre la région au travail".

"Ils ont décidé de s'allier, c'est la bipolarisation!", a encore affirmé la présidente du FN, dont la liste serait entre 40,5% et 41% selon les estimations.