L'UMP avait déjà tenté le coup par le passé avec ses "Créateurs de possibles", avant de laisser tomber en 2011. Aujourd'hui, c'est au tour du Front National français de lancer son réseau social militant. Une manœuvre discrète qui commence à faire du bruit sur la toile. C'est Le Huffington Post qui, en premier, a signalé le lancement du site www.lespatriotes.net par le FN.

Objectif: rassembler les frontistes français, mais pas que. “Avec ce site, on ne touche pas seulement des militants du parti", explique Florian Philippot, le vice-président du parti, à nos confrères du Huff Post. Le numéro 2 du FN se veut optimiste: "Je pense que le nombre d’inscrits sur le site dépassera le nombre d’encartés”. 

Pourtant, la plate-forme a été lancée sans publicité tapageuse. Sur Twitter, les premières mentions du site proviennent d'un jeune militant le 7 mai, puis de la députée Marion Maréchal-Le Pen deux jours plus tard.

Et que trouve-t-on sur lespatriotes.net? Des photos de jeunes hommes principalement. Certains s'affichent en compagnie de Marine Le Pen ou arborent la flamme symbole du Front. Pour le reste, ce n'est pas très clair: un forum, un blog, un agenda, un "concours" dont le but est de gagner des points pour monter dans le classement des "volontaires"... Difficile de qualifier précisément ce "Facebook" à la sauce droitière bien vite rebaptisé "haine book" par certains.

Chasse aux trolls

Impossible aussi de savoir combien de véritables frontistes sont inscrits sur ce tout jeune réseau. Car la page accueille aussi son lot de curieux, de rivaux politiques, de journalistes et de "trolls" (internautes dont le seul but est d'échauffer le débat à grands coups d'arguments contradictoires). Mais les intrus les plus visibles sont rapidement repérés et évincés. La preuve avec la photo de profil "Voter FN rend con" (voir l'illustration en haut de cet article) qui a rapidement disparu dans la matinée de ce mardi 13 mai.

Parmi les membres, un certain Frédéric Chatillon qui n'est autre que le directeur de Riwal, une agence de communication proche du FN. L'agence est à l'origine de ces "patriotes" dont elle possède le nom de domaine depuis début avril dernier. 

Une rapide recherche sur des sites spécialisés permet de voir que d'autres projets sont dans les cartons de Riwal, notamment lepen2014.com, latoilebleumarine.com ou lyonbleumarine.com. Si ces adresses sont réservées par l'agence de M. Chatillon, elle n'hébergent pour le moment aucun contenu visible du public.