Fermeté face à la Russie, lutte anti-terrorisme, avancées sur le climat, engagements envers les femmes: voici les principaux points d'accord dégagés par les dirigeants du G7 réunis en Allemagne sous la houlette d'Angela Merkel, selon le communiqué final du sommet.

UKRAINE

"Préoccupés par la récente intensification des combats" dans l'est de l'Ukraine, le G7 a renouvelé son "appel au plein respect du cessez-le-feu et au retrait des armes lourdes" prévu dans les accords négociés en février à Minsk.

"La durée des sanctions" contre Moscou "devrait être clairement liée à la mise en oeuvre intégrale" de ces accords "et au respect de la souveraineté de l'Ukraine par la Russie".

"Ces sanctions pourront être levées dès lors que la Russie honorera ces engagements. Cependant, nous sommes également prêts à prendre d'autres mesures restrictives pour augmenter le coût pour la Russie si ses actions le rendent nécessaire", selon le communiqué.

TERRORISME

"Face au phénomène des combattants terroristes étrangers, la lutte contre le terrorisme (...) devra demeurer la priorité de la communauté internationale dans son ensemble", estime le G7, appuyant la coalition internationale contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

"Nous réaffirmons notre détermination à vaincre ce groupe terroriste et à lutter contre la propagation de son idéologie de haine. Nous sommes solidaires de tous les pays et de toutes les régions touchées par la brutalité d'actes terroristes, notamment l'Irak, la Tunisie et le Nigéria" dont les dirigeants ont pris part aux discussions lundi.

"La lutte contre le terrorisme et le financement du terrorisme constitue une priorité majeure du G7", ajoutent les dirigeants en promettant de "renforcer la coordination de (leur) action".

ECONOMIE ET COMMERCE

Les pays du G7 s'engagent "à poursuivre (les) efforts pour parvenir à la croissance pour tous" et "traiter les vulnérabilités" de leurs économies respectives en soutenant les investissements dans l'éducation et les infrastructures, la réduction des niveaux d'endettement et la mise en oeuvre de réformes structurelles.

Le communiqué final est aussi une profession de foi au libre-échange, mais dans le respect de standards minimums de travail et d'utilisation des ressources. Le G7 est "favorable" à la création d'un fonds mondial pour la prévention des accidents du travail (Vision Zero Fund).

CLIMAT

Le G7 reprend à son compte l'objectif de limiter le réchauffement de la planète à deux degrés par rapport à l'ère pré-industrielle.

Les sept pays se prononcent en faveur d'un objectif mondial de réduction des émissions de gaz à effet de serre "dans le haut de la fourchette" de 40% à 70% d'ici 2050 par rapport à 2010, et s'engagent à "faire (leur) part pour parvenir à une économie mondiale sobre en carbone à long terme".

Ils veulent s'efforcer "de transformer les secteurs énergétiques d'ici 2050" dans leurs pays. En d'autres termes, tourner autant que possible le dos au charbon, au pétrole et au gaz au profit des renouvelables.

Le G7 réaffirme son engagement à "mobiliser" 100 milliards de dollars par an d'ici 2020, de l'argent public comme privé, pour des initiatives pro-climat.

SANTE

Pour éviter le fléau de pandémies comme Ebola, le G7 se propose "d'aider au moins 60 pays, y compris des pays d'Afrique occidentale, durant les cinq années à venir", notamment à mettre en oeuvre les règlements sanitaires de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En matière de résistance aux antibiotiques, "nous élaborerons ou réexaminerons nos plans d'action nationaux (...), et nous aiderons les autres pays à mettre au point leur propre plan d'action national", selon le communiqué. Ces plans doivent notamment encadrer plus étroitement le recours aux antibiotiques pour humains et animaux.

FEMMES

Les pays du G7 veulent "prendre des mesures pour améliorer l'accès des femmes à des emplois de qualité et pour réduire de 25 % d'ici 2025 les inégalités hommes-femmes en matière de taux d'activité".

Pour assurer une meilleure participation des femmes à la vie économique, "nous coordonnerons nos efforts dans le cadre d'un nouveau groupe de travail du G7 consacré aux femmes".