Même s'il n'agit plus à l'avant-plan de la scène politique, Nicolas Sarkozy continue de s'activer en coulisses. Lors d'une réunion qu'il a tenue avec des fillonistes (membres de l'UMP proches de François Fillon), l'ex-président a fait part de son inquiétude en vue des élections européennes de 2014 mais aussi sur l'avenir de son parti.

"L'UMP c'est mort ! Copé a cassé le jouet. Il faudra construire autre chose après les élections européennes", aurait déclaré le remuant Sarkozy, selon le magazine Le Point.

Nicolas Sarkozy reproche à Jean-François Copé, l'actuel président de l'UMP, d'avoir morcelé à outrance, lors du duel interminable avec François Fillon, les deux courants qui traversent la formation politique. Ce combat des chefs avait en effet mis en exergue la ligne de fracture qui traverse l'UMP. "En vérité, ces deux sensibilités ont toujours existé, mais avant nous avions un chef capable de faire la synthèse. Sans chef, on est incapable...", admet un filloniste.

Le manque de capacité à rassembler du président Copé est donc clairement pointé du doigt.

Le grand bénéficiaire de ces querelles internes ne serait autre que le Front national, selon l'ancien chef de l'Etat, qui prédit un très gros score du FN lors des élections européennes.

Sarkozy est-il l'homme de la situation pour redresser la droite française ? Beaucoup le pensent au sein du parti. Et malgré les démentis de Carla Bruni, l'ancien maire de Neuilly aspirerait à un retour aux affaires politiques. Il l'aurait admis lors d'un déplacement à Londres le 4 juin dernier. Le Point précise que l'association "Les Amis de Nicolas Sarkozy", fondée par Brice Hortefeux, pourrait œuvrer à la création d'un nouveau parti.

Sarkozy, ce Joe Dalton très énervé

Ce retour de Nicolas Sarkozy ne serait certainement pas du goût de Jamel Debbouze. Lors d'une réception à l'Elysée, ce mercredi, où il présidait la cérémonie de remise du prix de l'audace artistique, qui récompense un projet d'éducation culturelle dans un établissement scolaire, l'humoriste n'a pu s'empêcher de plaisanter au sujet de l'ancien locataire du palais présidentiel.

"J'en profite pour vous dire que la France, c'est mieux à vivre sous votre présidence, Monsieur le Président", lance Jamel Debbouze à François Hollande. Ce à quoi ce dernier répond, tout sourire, par un salut du buste. Et le comique de poursuivre : "C'est mieux que sous votre prédécesseur Joe Dalton. Il était quand même très énervé, le pauvre...". Le président ne peut alors cacher un bref rire qu'il tente assez rapidement de dissiper.

Pas sûr que les sympathisants de Nicolas Sarkozy apprécieront...