"Je viens de réunir l'ensemble des représentants de la communauté juive et du culte musulman (...) J'ai tenu à les réunir ensemble pour montrer que le terrorisme ne parviendra pas à fracturer notre communauté nationale", a déclaré le président, lors d'une brève allocution à l'Elysée. "Je leur ai dit et je le dis à la communauté nationale, à la nation tout entière: nous devons être rassemblés, nous ne devons céder ni à l'amalgamne ni à la vengeance", a-t-il poursuivi. "Face à un tel événement, la France ne peut être grande que dans l'unité nationale. Nous le devons aux victimes froidement assassinées, nous le devons à notre pays", a conclu M. Sarkozy.

Le chef de l'Etat a indiqué qu'il se rendrait à Montauban (50 km au nord de Toulouse) pour une cérémonie d'hommage national aux trois soldats assassinés le 11 et le 15 mars par le tueur en série. Il se rendra également à Toulouse au chevet des victimes blessés par le tueur: un parachutiste antillais le 15 mars blessé à la moelle épinière et un adolescent juif de 17 ans blessé lundi à la tête dans la dernière attaque du tueur présumé.

Deux policiers ont également été blessés par balles dans la nuit de mardi à mercredi par le tueur retranché dans un immeuble de Toulouse. M. Sarkozy a "félicité les services de police pour la rapidité de l'enquête" et pour "la mobilisation exceptionnelle des forces de l'ordre". "Le ministre de l'Intérieur et les hommes du Raid (unité d'élite de la police) mettent tout en oeuvre pour que ce suspect soit arrêté, déféré devant la justice et puisse ainsi rendre des compte des crimes dont il est soupçonné", a aussi déclaré le président.