Des rebelles présumés ont attaqué un camp paramilitaire au Cachemire indien tôt dimanche, faisant sept morts, dont trois des attaquants, venant ajouter encore au bilan de ce qui a déjà été l'année la plus meurtrière de la décennie dans cette région disputée entre l'Inde et le Pakistan. Les assaillants ont lancé des grenades et tiré à l'arme automatique pour tenter de pénétrer dans ce camp situé à l'extérieur de la ville principale de la région, Srinagar, provoquant une fusillade intense lorsque des centaines de soldats et police anti-rebellion sont arrivés en renfort.

"Trois soldats ont été tués dans l'attaque et un autre est mort d'une crise cardiaque. Trois terroristes ont également été tués", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la force paramilitaire (CRPF) dont c'était le camp.

La veille, ce sont les forces militaires indiennes qui avaient, dans une attaque non loin de là, tué l'un des principaux chefs du mouvement rebelle basé au Pakistan Jaish-e-Mohammad (JeM).

Le Cachemire a été divisé entre l'Inde et le Pakistan à la fin de la colonisation britannique. Les deux pays rivaux revendiquent le territoire entier et cette revendication a déjà été la cause de deux des trois guerres qui ont opposé les deux pays depuis l'indépendance en 1947.

Des groupes rebelles comme le JeM réclament soit l'indépendance soit le rattachement au Pakistan et sont en lutte permanente depuis 1989 contre environ un demi-million de soldats indiens déployés dans le territoire.

Cette guerre larvée a fait en près de 30 ans des dizaines de milliers de morts, principalement des civils.