Les chances d'instaurer un cessez-le-feu en Syrie pour la fête musulmane d'al-Adha cette semaine, à l'initiative de l'émissaire international Lakhdar Brahimi, sont minimes, a déclaré lundi à l'AFP le numéro deux de la Ligue arabe. "Malheureusement, l'espoir d'instaurer une trêve en Syrie pour la fête est faible jusqu'à présent", a dit Ahmad ben Hilli, secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, en marge d'un forum international sur l'énergie à Dubaï.

M. Brahimi avait appelé dimanche à l'issue d'un entretien avec le président Bachar al-Assad à Damas, les belligérants à proclamer "unilatéralement" un cessez-le feu à l'occasion de l'Aïd al-Adha, célébré du 26 au 29 octobre. Selon M. ben Hilli, "les signes sur le terrain et la réaction du gouvernement syrien (...) ne témoignent pas d'une volonté réelle de répondre positivement à cette initiative".

M. Brahimi avait souligné dimanche que son appel à une trêve était une "initiative personnelle, et non un plan détaillé de paix".

Les combats se poursuivaient lundi dans plusieurs régions de Syrie entre forces loyalistes et rebelles au lendemain d'une nouvelle journée de violences qui a fait près de 180 morts en majorité des civils selon une ONG syrienne.

Depuis le début en mars 2011 de la répression d'une révolte populaire contre le régime, transformée en conflit armé, quelque 34.000 personnes ont péri, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

violents combats près de Damas et dans les provinces d'Idleb et d'Alep

De violents combats entre soldats et rebelles se déroulaient lundi près de Damas et dans les provinces d'Idleb et d'Alep, au lendemain d'un appel de l'émissaire international Lakhdar Brahimi à un cessez-le-feu, selon une ONG syrienne. Les forces du régime de Bachar al-Assad bombardaient à l'artillerie la localité de Harasta où sont retranchés les rebelles, près de la capitale syrienne, et tentaient de la prendre d'assaut, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée loyaliste, appuyée par les chars, cherchait dans le même temps à pénétrer dans la localité d'Artouz, également proche de Damas, a précisé cette ONG qui se base sur un important réseau de militants et de médecins sur place. Dans la province d'Idleb (nord-ouest), des combats avaient lieu près de la base militaire de Wadi Deif, assiégée depuis plusieurs jours par les rebelles qui tentent de la prendre, a poursuivi l'OSDH.

Cette base est située à la périphérie est de la ville stratégique de Maaret al-Noomane bombardée depuis l'aube par les troupes du régime.