Le rapport des experts de l'ONU "va conclure de manière accablante" à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, a estimé vendredi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Sans attribuer directement la responsabilité de cette utilisation au président syrien, il a accusé Bachar al-Assad d'avoir "commis de nombreux crimes contre l'humanité". Il s'est aussi dit "persuadé que les responsables rendraient des comptes quand tout cela sera fini".

Le rapport des experts de l'ONU qui ont enquêté sur place sur les accusations de massacre à l'arme chimique le 21 août près de Damas est attendu lundi, selon des diplomates. Leur mandat ne prévoit pas qu'ils désignent les responsables de l'utilisation de ces armes.

M. Ban a prévu de présenter ce rapport au Conseil de sécurité lundi en fin de matinée.

Le secrétaire général de l'ONU, qui s'adressait à des journalistes, a cependant précisé qu'il n'avait pas encore reçu le rapport en tant que tel. "Je pense que le rapport va conclure de manière accablante que des armes chimiques ont été utilisées, même si je ne peux pas le dire publiquement pour l'instant avant de recevoir ce rapport", a déclaré M. Ban.

Les Etats-Unis et leurs alliés accusent le régime syrien d'avoir commis le massacre à l'arme chimique du 21 août, faisant plusieurs centaines de morts. Damas dément toute responsabilité et la Russie a accusé les rebelles syriens d'avoir utilisé des gaz toxiques de façon à faire accuser le régime et à provoquer des frappes occidentales contre Damas.

Paris et 3 pays arabes vont "renforcer" leur soutien à l'opposition 

Le président François Hollande et les chefs des diplomaties saoudienne, jordanienne et émiratie "sont convenus de la nécessité de renforcer le soutien international à l'opposition démocratique" en Syrie, "pour lui permettre de faire face aux attaques du régime", a annoncé vendredi la présidence française.

"L'obstination" de Damas "fait le jeu des mouvements extrémistes et menace la sécurité régionale et internationale", a ajouté la présidence française dans un communiqué après une rencontre entre le président français et les trois ministres arabes. Officiellement, Paris ne fournit jusqu'à présent que du matériel non létal à l'opposition qui bénéficie en revanche de livraisons d'armes de plusieurs pays du Golfe.

La délégation russe quittera Genève vendredi soir

La délégation russe quittera Genève dans la soirée, a indiqué une source diplomatique russe. Les discussions sur les armes chimiques entre le ministre russe Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry devraient en conséquence se terminer vendredi soir. "C'est fini. En tout cas la délégation russe part ce soir", a affirmé à l'ats une source russe. Une source américaine ayant requis l'anonymat avait auparavant déjà évoqué ce scénario.

Pour l'heure, aucune annonce officielle n'a encore été faite. Les journalistes continuent d'attendre à l'hôtel Intercontinental. Les discussions de Genève devaient initialement durer jusqu'à samedi.