Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a mis en garde samedi contre un risque d'escalade dans la péninsule coréenne après l'abandon par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson de son offre de dialogue "sans conditions préalables" avec Pyongyang. "Il est triste de voir que la position américaine utilise de nouveau ces exigences, que les Etats-Unis appellent la Russie et la Chine à renforcer la pression sur la Corée du Nord", a déclaré Sergueï Riabkov à l'agence de presse Ria Novosti.

"Il est grand temps d'arrêter cette guerre des menaces, de la pression, du chantage et de la mise en avant de conditions préliminaires et d'aller vers la vraie recherche d'une solution politique", a-t-il poursuivi, disant craindre "le risque d'une escalade incontrôlée".

Ces déclarations interviennent après que Rex Tillerson n'a pas repris vendredi devant le Conseil de sécurité de l'ONU son offre de dialogue "sans conditions préalables" avec la Corée du Nord, qu'il avait formulée en début de semaine.

Le président américain, Donald Trump, a pour sa part regretté vendredi que la Russie ne se joigne pas aux efforts des Etats-Unis et de la Chine pour accentuer la pression sur la Corée du Nord concernant ses programmes militaires, assurant que "la Russie n'aide pas" dans ce dossier.

M. Riabkov a ajouté samedi qu'"après la session du Conseil de sécurité des Nations Unies et les discours de plusieurs hauts responsables des pays occidentaux, nous avons l'impression que la logique de la pression est la logique dominante dans leur approche", évoquant une "situation très dangereuse".

"Nous ne voudrions pas nous retrouver dans une situation où, en dépit de tous les efforts de la Russie, de la Corée du Nord et de nos deux pays ensemble, une nouvelle spirale de confrontation commence", a-t-il encore dit.