Les Vingt-sept sont prêts à accorder au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit, selon leurs conclusions publiées en fin de soirée. La première est un report de la date du Brexit du 29 mars au 22 mai pour autant que les élus britanniques approuvent l'accord de retrait la semaine prochaine.

La seconde, en cas contraire ou d'absence de vote, consiste en une extension au 12 avril prochain, échéance avant laquelle le Royaume-Uni devrait indiquer au Conseil le chemin qu'il compte emprunter.

Les Vingt-sept répètent que l'accord de retrait de novembre dernier ne peut être rouvert à négociation. "Tout engagement unilatéral, déclaration ou autre acte doit être compatible avec la lettre et l'esprit de l'accord de retrait", prennent-ils la précaution de préciser.

Les chefs d'Etat et de gouvernement étaient apparus pendant plusieurs heures ce jeudi quelque peu divisés sur la stratégie à adopter face à la demande de la Première ministre britannique Theresa May d'un report jusqu'au 30 juin, susceptible de créer une insécurité juridique pour le Parlement européen après les élections prévues du 23 au 26 mai.

Donald Tusk s'est entretenu avec Theresa May 

La Première ministre britannique Theresa May a accepté les deux "scénarios" sur un report du Brexit offerts par l'Union européenne, a annoncé jeudi soir le président du Conseil Donald Tusk.

"J'ai rencontré la Première ministre May à plusieurs reprises ce soir pour être sûr que le Royaume-Uni accepte les scénarios d'une extension et je suis ravi de confirmer que nous avons un accord là-dessus", a déclaré M. Tusk.