Plus de 2.700 victimes de trafic d'êtres humains en Amérique latine, dont des adolescentes, ont été libérées grâce à une vaste opération coordonnée par Interpol, a indiqué jeudi l'organisation de coopération policière internationale.

Baptisée Opération Intercops - Spartacus III, l'opération menée en juin s'est d'abord concentrée sur trois aéroports soupçonnés d'être des plaques tournantes pour le trafic d'être humains: Ministro Pistarini (Ezeiza) à Buenos Aires (Argentine), Guarulhos à Sao Paulo (Brésil) et El Dorado à Bogota (Colombie), précise dans un communiqué l'organisation basée à Lyon.

L'opération conduite en coopération avec 25 pays a permis de procéder à 134 arrestations et de démanteler sept réseaux de crime organisé, ajoute Interpol, à la veille de la Journée mondiale de lutte contre le trafic d'êtres humains, le 30 juillet.

Parmi les victimes secourues, se trouvaient 27 adolescentes exploitées comme prostituées ou main d'oeuvre bon marché dans différents pays. En Equateur, plusieurs jeunes filles avaient ainsi été enlevées à la sortie de l'école avant d'être droguées et emmenées hors du pays.

Au Pérou, quelque 900 policiers ont également participé à une opération visant l'esclavage sexuel et le travail forcé dans la ville minière de La Rinconada, permettant la libération de 190 femmes et 250 hommes ainsi que l'arrestation de cinq suspects.

En 2012 et 2014, les opérations Spartacus I et II avaient déjà abouti au sauvetage de plus de 1.000 victimes.