Le président américain Donald Trump a adoubé lundi une nouvelle alliée inattendue dans sa lutte contre l'immigration clandestine: la chanteuse Cher, régulièrement critique à son égard.

"Je suis finalement d'accord avec @cher!", a-t-il tweeté, provocateur, en relayant un message posté la veille par l'artiste de 72 ans sur la situation des sans-abri à Los Angeles et l'incapacité de la ville californienne à accueillir de nouveaux immigrants.

"Je comprends qu'il faille aider les immigrants dans le besoin, mais ma ville (Los Angeles) ne prend pas soin des siens", a écrit Cher dimanche sur Twitter.

"Si mon Etat ne peut pas s'occuper des siens (beaucoup sont des anciens combattants), comment peut-il s'occuper de davantage de monde", a-t-elle poursuivi avec une grammaire et une utilisation de lettres capitales curieusement semblables au style utilisé par Donald Trump sur son réseau social préféré.

Le président républicain a confirmé la semaine dernière envisager le transfert de clandestins arrêtés à la frontière avec le Mexique vers des "villes sanctuaires", pour la plupart démocrates, notamment en Californie.

Une menace renouvelée lundi sur Twitter, quelques minutes après avoir relayé le message de Cher: "Les immigrants illégaux ne pouvant plus être détenus légalement (le Congrès doit revoir les lois et les vides juridiques) seront (...) transférés dans des villes et Etats sanctuaires!"