Le président américain Donald Trump a exprimé son soutien à la Turquie en tant qu'"allié stratégique et allié de l'OTAN", durant un appel téléphonique avec le président Recep Tayyip Erdogan.

Tous deux ont également abordé "la relation de longue date entre les USA et la Turquie et leur engagement commun à combattre le terrorisme sous toutes ses formes", selon une déclaration de la Maison Blanche. Donald Trump a salué "les contributions turques à la campagne pour contrer le groupe terroriste Etat islamique", ajoute la communication. En novembre, M. Erdogan a déclaré son soutien pour le président élu, à l'époque lors d'une conférence à Istanbul. 

"Selon moi, être qualifié de dictateur est une bonne chose", avait déclaré M. Erdogan lors d'une conférence économique des pays islamiques dans la mégapole turque. Durant sa campagne électorale en juillet, M. Trump avait annoncé qu'il ne critiquerait pas la république turque pour sa répression après une tentative de coup d'Etat car l'Amérique doit "mettre de l'ordre dans son propre désordre", avant de donner des leçons aux autres pays. Depuis la tentative de coup d'Etat, plus de 40.000 personnes ont été détenues et au moins 100.000 fonctionnaires ont été licenciés. Une nouvelle vague de purge a eu lieu mardi. Quelque 4.500 employés du ministère de l'Education, de la gendarmerie, de la Cour de cassation, du Haut conseil électoral et de la chaîne de télévision publique TRT ont été limogés.