C'est un pavé dans la mare qu'a jeté le magazine Forbes. Un de ses journalistes a enquêté sur les activités de la Trump Organization, la société qui chapeaute les activités de Donald Trump et sa famille. Le journaliste a découvert que Donald Trump, au temps où il dirigeait encore la Trump Organization, avait réclamé des sommes colossales à l'organisation caritative de son fils, Eric Trump, pour la location de terrains de golf.

The Eric Trump Foundation a pour but de financer la recherche contre le cancer et aider les enfants atteints de cette maladie, explique Slate.fr. Pour lever des fonds, la fondation a donc demandé à louer les terrains de golf de la Trump Organization pour organiser des tournois. Les sommes perçues devaient servir à financer la fondation et, par conséquent, à lutter contre le cancer. Or, Donald Trump aurait exigé des sommes folles pour que son fils puisse louer ses terrains de golf sans que les donateurs n'en soient informés. Dan Alexander, le journaliste de Forbes, avance la somme d'1,2 million de dollars en dix ans.

Un loyer "déraisonnable"

Au début, la location des terrains était facturée 50.000 dollars la journée. Une somme conséquente mais jugée "raisonnable" par les experts interrogés par Forbes. Mais, au fil des ans, le loyer n'aurait fait que monter. Ian Gillule, ancien directeur marketing du Trump National Golf Club de Westchester, a expliqué qu"un jour "Trump s'est rendu compte du fonctionnement de cette journée de charité et s'est énervé. Il voulait que tout le monde paie, qu'il s'agisse de son fils ou non". 

En 2011, le loyer passe à 142.000 dollars la journée, en 2015, il double et atteint 322.000 dollars. Selon les mêmes experts, il s'agit de prix "tout à fait déraisonnables" au regard du marché. En dix ans, Donald Trump aurait donc exigé de la fondation caritative de son fils la somme d'1,2 million de dollars. 

Des déclarations contradictoires

Autre problème de taille : Eric Trump avait affirmé à plusieurs reprises au Washington Post que la Trump Organization "ne se faisait pas d'argent sur le dos" de son association caritative. Et que la location se faisait à titre "presque gratuit". Un sujet embarrassant que le porte-parole d'Eric Trump a tenté de balayer d'un revers de la main en affirmant qu'à "aucun moment la Trump Organization n'avait profité de la fondation d'Eric Trump". Mais, entre le loyer jugé trop élevé et les déclarations contradictoires du fils du président, le doute est permis