Le président américain Donald Trump a réaffirmé mardi être prêt à "résoudre le problème" nord-coréen sans l'aide de la Chine, alors qu'un porte-avions américain fait route vers la péninsule coréenne, provocant la colère de Pyongyang.

"La Corée du Nord cherche des ennuis. Si la Chine décide d'aider, ça serait formidable. Sinon, nous résoudrons le problème sans eux! USA", a-t-il écrit sur son compte Twitter personnel, quelques jours après un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping.

Le président américain a en outre semblé lier les négociations commerciales entre les deux premières puissances économiques mondiales à la question nord-coréenne: "J'ai expliqué au président chinois qu'un accord commercial avec les Etats-Unis serait bien meilleur pour eux s'ils résolvent le problème nord-coréen! "

Washington a annoncé pendant le week-end que le porte-avions USS Carl Vinson et son escadre faisaient route vers la péninsule coréenne, alors qu'ils devaient initialement se rendre en Australie. La Corée du Nord a dénoncé mardi ce déploiement "insensé", en se disant prête à la "guerre", au moment où la tension monte dans la région.

Donald Trump avait accueilli Xi Jinping dans sa résidence privée en Floride jeudi et vendredi pour une première rencontre placée sous la signe de la cordialité. Il avait avant ce sommet déjà annoncé, dans un entretien au Financial Times le 2 avril, être prêt à "régler" seul le problème nord-coréen si la Chine tergiversait trop longtemps.

Son secrétaire d'Etat Rex Tillerson avait à nouveau déclaré vendredi que les Etats-Unis étaient préparés "à agir seuls si la Chine n'est pas capable de se coordonner avec nous".

A l'issue de ce sommet avec le président Xi, Donald Trump avait salué vendredi "les progrès spectaculaires" des relations sino-américaines.

La Corée prête à réagir

La Corée du Nord a promis mardi de répondre à l'envoi "insensé" d'un groupe aéronaval américain vers la péninsule coréenne, avertissant qu'elle était prête pour la "guerre" alors que la tension monte encore d'un cran dans la région. "Le déploiement insensé américain pour envahir la RPDK (République populaire démocratique de Corée, ndlr) a atteint une phase préoccupante", a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l'agence officielle KCNA, dans un premier commentaire du régime de Pyongyang après l'annonce par Washington de l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions USS Carl Vinson et sa flotte.

"La République Populaire démocratique de Corée est prête à réagir, quel que soit le type de guerre voulu par les Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le président Donald Trump a récemment demandé à ses conseillers de lui préparer toute la gamme des options possibles pour faire pression sur le régime de Pyongyang et l'obliger à interrompre son programme d'armement nucléaire, a-t-on appris de source officielle dimanche. Il a même menacé d'une action unilatérale américaine contre la Corée du Nord si la Chine ne réussissait pas à faire entendre raison à son turbulent voisin.

Mais cette réponse nord-coréenne mardi suggère que le régime de Kim Jong-Un n'entend pas changer d'attitude: "Nous prendrons les mesures de contre-attaque les plus fermes contre les provocateurs, afin de nous défendre par la voie des armes", a ainsi précisé le porte-parole du chef de la diplomatie de Pyongyang, toujours cité par KCNA.

Les spéculations s'emballent actuellement sur un test nucléaire imminent de la part de la Corée du Nord, alors que le régime de Pyongyang s'apprête à célébrer samedi le 105e anniversaire de son fondateur. De fait, ces cérémonies sont souvent le prétexte à un déploiement de forces militaires. La Corée du Nord a d'ores et déjà mené cinq essais nucléaires, dont deux en 2016.


Pas d’autre solution pour infléchir Pyongyang que l’option militaire? Découvrez l'analyse de notre journaliste Philippe Paquet !