Il souhaiterait les confiner à la soute. Comme pour les pays du Moyen-Orient.…

Dans le protectionnisme déployé par le président Donald Trump, le volet transport aérien des passagers n’est pas mince.

Après avoir interdit l’accès aux États-Unis aux voyageurs issus d’Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen; voici que le président républicain s’attaque aux… ordinateurs. Le mois dernier, les autorités américaines interdisaient aux passagers originaires de dix pays du Moyen-Orient d’emmener à bord des appareils d’une taille supérieure à un smartphone (autrement dit, des laptops et tablettes, voire une Nintendo Swtich). La mesure s’appliquait aux vols en direction des Etats-Unis au départ de grands aéroports situés en Egypte, Turquie, au Koweït, au Maroc, en Arabie Saoudite, au Qatar et dans les Emirats Arabes Unis notamment. Manifestement, la mesure ne suffit pas au pensionnaire de la Maison Blanche. Selon les sources souvent bien informées du Guardian , l’administration américaine souhaite étendre cette interdiction à l’Europe. Donc à la Belgique.

Des appareils comme les ordinateurs portables devraient être laissés dans la soute à bagages durant les vols vers les États-Unis, où ils ne seraient plus tolérés à bord. Gillian Christensen, porte-parole du département américain de la sécurité nationale, a expliqué à The Guardian que la menace sera réévaluée, mais qu’aucune décision n’a encore été prise à propos de l’extension des restrictions aux appareils électroniques. Selon le gouvernement américain, les appareils électroniques comme les ordinateurs portables pourraient être utilisés pour dissimuler des explosifs.

Des experts indiquent cependant que des bombes à l’intérieur de notebooks peuvent faire autant de dégâts dans la soute à bagages que dans la carlingue d’un avion. Autant voire… plus !