Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a critiqué jeudi soir les 32 députés dissidents de son parti de gauche radicale Syriza qui ont voté non au projet de loi controversé sur les nouvelles mesures de rigueur adopté la veille par le Parlement.

"Le choix des 32 députés du groupe parlementaire (Syriza) est en contradiction avec les principes de camaraderie et de solidarité dans un moment crucial", et le parti sort "meurtri", a dit le Premier ministre au cours d'une réunion gouvernementale, des propos cités par une source gouvernementale. M. Tsipras a perdu sa majorité parlementaire au cours de ce vote, puisque la coalition au pouvoir n'avait que 11 sièges de plus que la majorité absolue.