L'Union européenne a condamné lundi la parade de prisonniers de guerre ukrainiens organisée la veille par des rebelles prorusses dans leur bastion de Donetsk, en dénonçant une "violation de la loi internationale". "Nous condamnons fermement la parade de soldats ukrainiens organisée hier par des groupes armées illégaux dans les rues de Donetsk, où ils ont été insultés et attaqués", a indiqué un porte-parole du service diplomatique de l'UE.

"Cela est inacceptable et constitue une violation de la loi internationale en vertu de laquelle personne ne devrait être soumis à des traitements humiliants ou dégradants", a-t-il ajouté.

Selon la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre, ceux-ci doivent être protégés "contre tout acte de violence ou d'intimidation, contre les insultes et la curiosité publique".

Les rebelles prorusses ont exhibé dimanche devant la foule entre 40 et 50 prisonniers de guerre ukrainiens à Donetsk, cibles d'insultes et de jets de différents projectiles.

"Rien d'humiliant"

La parade des prisonniers de guerre ukrainiens présentés à la foule par les rebelles prorusses dans leur bastion de Donetsk n'a "rien d'humiliant", a estimé lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. "J'ai vu une photo de la parade. Je n'y ai rien vu qui puisse être considéré comme humiliant", a indiqué le ministre lors d'une conférence de presse.

"Concernant le traitement dégradant des prisonniers de guerre, laissons les avocats s'en occuper", a lancé le ministre, qui a ensuite accusé la garde nationale ukrainienne de "purs crimes de guerre" contre la population civile.

Dimanche, des insurgés prorusses avaient fait défiler plusieurs dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens dans leur bastion de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, alors que le reste du pays célébrait la fête de l'Indépendance.

L'ONG Human Rights Watch a qualifié cette parade de "crime de guerre" et de "violation flagrante" de la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre, qui indique que ces derniers doivent être protégés "contre tout acte de violence ou d'intimidation, contre les insultes et la curiosité publique".

"La Russie devrait exercer son influence considérable sur les forces séparatistes dans l'est de l'Ukraine pour s'assurer que les prisonniers sont traités avec humanité et dignité. Cela implique aussi de ne pas faire défiler les prisonniers dans les rues, sous les insultes et le mépris de la foule", a continué l'ONG.

De son côté, la Russie accuse régulièrement Kiev de crimes de guerre, notamment de bombarder à l'aveugle les quartiers résidentiels, depuis le début du conflit meurtrier qui a déjà fait plus de 2.200 morts dans l'est de l'Ukraine.