Même si elle n'y est pas la mieux représentée, la mouvance terroriste afghane est implantée en Belgique. Quatre interpellations intervenues jeudi dans notre pays à la suite de perquisitions le démontrent. Mais ce n'est pas une surprise : en effet, lorsque «La Libre» mentionnait, le 1er juin dernier, un «flop judiciaire chez de supposés islamistes», à la suite de perquisitions menées la veille à Bruxelles, à Vilvorde et à Verviers chez une quinzaine de personnes, c'était en rapport avec la frange du GIA d'origine algérienne qui dérive vers la tendance soutenue par le milliardaire saoudien (et déchu de sa nationalité) Oussama Ben Laden ainsi que par le régime des Taliban. Même si rien n'avait pu être démontré (les enquêteurs n'avaient trouvé ni les armes, ni les documents compromettants qu'ils escomptaient découvrir), des renseignements précis accusaient les intéressés, laissés en liberté faute de preuves.

Or l'opération menée jeudi, même si elle se juxtapose avec les recherches liées aux attentats du 11 septembre, n'a pas de rapport direct avec celles-ci. Il s'agit en fait tout simplement de la suite des manoeuvres du 31 mai dernier, jour où un Tunisien, n'avait pu être localisé à cause d'incessants voyages - alors qu'il l'a été, jeudi à Uccle, grâce à un travail conjoint de la sûreté de l'Etat et de la police fédérale. Uccle, où les enquêteurs ont cette fois découvert pistolets, fusils-mitrailleurs et documents compromettants.

Pas de rapport direct... Mais indirect, oui, car si on tient pour vrai, dans les milieux judiciaires, que ce groupe n'est pas impliqué dans le détournement des avions, on pense qu'il avait l'objectif d'attaquer des intérêts américains en Belgique. Et qu'il a entretenu des contacts serrés avec les terroristes Afghans!

SANS RAPPORT AVEC LE WTC, MAIS...

S'agit-il d'un groupe du nom de «Mouvance islamique radicale», comme ce fut mentionné au mois de mai ? Selon nos informations, il s'agirait plutôt de la branche belge du «Takfir wa Hijra», l'une des composantes du GIA dérivant vers les Afghans. Un groupe actif en Allemagne, aux Pays-Bas et en France, pays où plusieurs de ses membres avaient été inquiétés le 27 mai 1998, en pleine coupe du monde de football.

Quoi qu'il en soit, la frontière entre GIA et «afghans» n'a rien d'imperméable. Exemple: lorsque Farid Melouk avait été condamné en France (lire ci-contre), il l'avait été en même temps que Mohamed Talbi, alias Mohamed Badache. Badache-Talbi, que les services secrets français pensent s'être entraîné en Afghanistan et y avoir combattu...

Bref, deux des quatre personnes interpellées en Belgique ont été déférées au parquet, le Tunisien étant inculpé vendredi - pour son projet de faire exploser un bâtiment abritant des intérêts américains, semble-t-il.

Mais l'affaire va au-delà de notre seul royaume: quatre autres membres supposés du «Takfir wa Hijra» ont été arrêtés conjointement aux Pays-Bas. Ils avaient été en contact avec les personnes arrêtées sur notre sol et détenaient dans leur logement de Rotterdam plusieurs faux passeports ainsi qu'un appareillage permettant la falsification de cartes de crédit. A suivre.